Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

PAPENOO – Il faut exproprier pour enrocher le littoral

mercredi 17 mai 2017

papenoo expropriation

Les familles propriétaires ne peuvent rien construire sur leur parcelle en bord de mer, mais elles ne veulent pas non plus les voir disparaître, ni être expropriées, au bénéfice d’un enrochement. (Photo : Jean-Luc Massinon)


Une enquête publique a été ouverte, à la mairie de Papenoo, pour informer la population et recueillir les avis des riverains de Faaripo. Le projet d’enrochement du littoral va nécessiter des expropriations, que des propriétaires contestent. Prévues au nouveau chantier, les rampes d’accès à la mer sont sources de nuisances, comme témoigne Maevahia.

“Nous ne sommes pas contre le projet de protection du littoral, mais nous sommes contre l’expropriation et la destruction de nos arbres. Ils peuvent laisser la terre en place et faire l’enrochement en mer. Il y a de la place.”

Directement touché par les futurs travaux d’enrochement, Teamo Faua a été le premier à manifester, pour sa famille, son mécontentement, dans le cahier de doléances, à la mairie de Papenoo dans le cadre d’une enquête publique.

C’est par affichage que les riverains ont appris le chantier envisagé. Le ministère de l’Équipement veut finir l’enrochement pour protéger la route de ceinture entre le PK 14,5 et le PK 15. L’ancienne berge a souffert. Il y a eu des protections d’urgence après que la route s’était effondrée en partie, en 2015.

 

Un “patrimoine”

 

Mais pour ces travaux, le Pays envisage d’exproprier officiellement les propriétaires du peu de terres qui reste côté mer. Pour certains riverains, il n’y a même plus rien à exproprier puisque la mer a déjà tout emporté depuis des années.

Certains se souviennent que, dans les années 1940 et 50, il y avait encore des séchoirs à coprah et des cabanes, côté mer. Seule une petite parcelle de terre, près du pont de Faaripo, a résisté.

Il y a encore quelques aito et des cocotiers. La plus grande parcelle fait 488 m2. Et même si l’on ne peut rien y construire, des familles ne veulent pas voir disparaître ce patrimoine.

Reste que le gouvernement risque de passer en force dans ce dossier. Il va exproprier pour raison d’utilité publique. C’est ce que l’on peut lire dans le rapport d’enquête publique, ouverte jusqu’au 26 mai (de 8 à 14 heures).

L’enrochement concerne un peu plus de 300 mètres de littoral. On n’y mettra pas les affreux enrochements artificiels (Xblocs) mais des rochers.

La hauteur maximale de l’édifice, de plus de 4 mètres au-dessus du niveau de la mer, a été calculée par rapport à une de houle cyclonique cinquantennale.

Deux rampes d’accès seront réalisées pour les surfeurs. Tout le long de cette ligne droite, on pourra circuler à pied et à vélo. Il y aura aussi des places de parking. L’opération s’élève à près de 870 millions de francs.

Mais les expropriations risquent de coincer.

JLM

 

papenoo

365
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete