Habillage fond de site

Le « parcours patrol » ou comment devenir encore plus efficace

lundi 21 mai 2018

FEN_CC1_FormationPoliceOn ne prend pas les mêmes et on recommence. Sixième du nom, la formation proposée par le Centre de gestion et de formation (CGF) pour le personnel communal de sécurité publique, d’une durée de quatre mois, permet d’appréhender tout type de situation néfaste pour la sécurité des citoyens. Le « parcours patrol » de cette promotion de 27 stagiaires s’est déroulé samedi, à Mahina, sur l’ancien site du RSMA, idéal pour ce type d’exercice grandeur nature.

Ils étaient 27 des cinq archipels et de cinq communes de Tahiti, par équipes de trois, à affronter diverses épreuves samedi, chronométrées, sur un rythme soutenu de près de 40 minutes. A pied, en voiture, seul ou regroupés. Tous formés aux gestes techniques professionnels en intervention (GTPI) de type self défense et techniques de contrôle d’individus pouvant être dangereux.

Des simulations de situations concrètes ont été dispensées samedi aux stagiaires afin de vérifier comment ils les appréhendent. Encadrés par une équipe pédagogique constituée d’agents communaux formateurs pour le CGF dont Jacques Teaotea, chef de la police municipale de Mahina, ils se sont ainsi confrontés à diverses épreuves qui peuvent mettre leurs nerfs à vif, solliciter leur force physique ou leur capacité de réaction d’urgence mais réfléchie.

Des exercices issus de vraies interventions

« C’est des situations qu’on a vécues », a martelé Jacques Teaotea lors d’un débriefing où les stagiaires s’étaient fait dérober leur véhicule alors qu’ils devaient dégager un blessé d’un immeuble, caillassés par de faux voyous. Un autre des exercices consistait en la maîtrise d’un individu assez virulent, tandis que, dans une pièce à côté, c’était combat mains/pieds-mains/pieds, à tour de rôle.

Mais ce « parcours patrol » n’est qu’une partie de cette formation théorique et physique désormais obligatoire, qui compte pas moins de 607 heures de formation (près de 50 intervenants de nombreux organismes publics), permettant à chacun d’eux, à terme, d’être assermenté en tant qu’agent de police judiciaire adjoint.

D’ailleurs, lors de chaque debriefing sur le parcours, les formateurs ne manquent pas de rappeler les articles du code pénal. « N’attendez pas dix fois d’être bousculé. Une fois suffit : c’est outrage », a rappelé le chef de la police municipale de Mahina aux stagiaires.

Christophe Cozette

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete