Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Les parents d’élèves dénoncent l’insalubrité des toilettes

mercredi 8 février 2017

école Ohi Teitei

Parents, enseignants et représentants de la commune et de la circonscription doivent se réunir demain pour faire le point sur la situation. (© archives LDT)


Il y a une semaine, une grand-mère, dont le petit-fils est scolarisé à l’école Ohi Teitei, à Taravao, a dénoncé l’insalubrité des toilettes auprès des médias et sur Facebook. À cause de la vétusté et du manque d’intimité et d’installations suffisantes, des enfants se retiennent, autant qu’ils peuvent, selon le président de l’association des parents d’élèves. Du côté de la commune, propriétaire des locaux, une étude diagnostic doit débuter ce mois-ci, tandis que l’installation d’une unité provisoire est envisagée.

“Ça ne peut plus durer… On laisse nos enfants dans des conditions qui pourraient nuire à leur santé”, confie la maman d’une petite fille scolarisée à l’école élémentaire Ohi Teitei, à Taravao. Cette remarque fait suite au cri du cœur de Tuarae Hutihuti, dont le petit-fils est scolarisé dans la même école.
Il y a une semaine, cette grand-mère a dénoncé l’insalubrité des toilettes de l’établissement auprès des médias, ainsi que sur Facebook. Son message a eu un écho retentissant, cumulant une centaine de commentaires et deux fois plus de partages.
Selon Bob Pahuiri, président de l’association des parents d’élèves (APE), également agent communal, le problème, signalé à plusieurs reprises par le directeur, ne date pas d’hier.

 

 

école Ohi teitei

Cette photo, postée sur Facebook, vise à témoigner de l’état peu engageant des sanitaires de l’école Ohi Teitei. (© Facebook/Romy Marzin)


“Des enfants se sont fait pipi dessus”

 

“Même si c’est régulièrement nettoyé, c’est tellement vétuste que ça ne donne vraiment pas envie d’y aller. Les distributeurs de papier sont rouillés et coupants. Quand il y a de fortes pluies, l’eau remonte par les évacuations. Il y a aussi le fait que les portes ne ferment pas : il n’y a pas de loquet, donc pas d’intimité. Et puis, huit toilettes pour les filles, six pour les garçons, plus six pissoirs, ce n’est pas suffisant pour plus de 450 élèves. À la fin de la récréation, ça crée un attroupement et c’est souvent trop tard”, explique-t-il.

Conséquence de cette situation : certains élèves se retiennent, autant qu’ils peuvent. “Des enfants se sont fait pipi dessus, et pas que pipi… Ajoutez à cela les moqueries des autres, c’est traumatisant”, souligne le président de l’APE.
En début d’année scolaire, un signalement a été une nouvelle fois effectué auprès de la commune, propriétaire des locaux.
“En décembre dernier, le maire nous a annoncé qu’une étude diagnostic allait être lancée ce mois-ci, dans le cadre d’une démarche globale, qui concernera toutes les écoles de Taiarapu-Est. Si j’ai bien compris, les conclusions ne sont pas attendues avant plusieurs mois. Le but, c’est d’avoir un bon dossier pour négocier les demandes de subvention, ce qui rallongera encore le laps de temps entre les signalements et les premiers coups de pelle. Certains enfants ne seront même plus dans l’école ! C’est trop long”, lance Bob Pahuiri.

Une assemblée générale de l’APE est prévue demain. Ce problème, parmi d’autres, sera exposé aux parents, en présence des enseignants, ainsi que des représentants de la circonscription et de la commune, conviés pour l’occa-
sion.  “Il en va de la dignité de nos enfants”, conclut Bob Pahuiri, qui n’exclut pas d’envoyer un courrier aux instances concernées, le cas échéant.

 

A.-C.B.

449
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Faut-il le retour d'une maternité à Taravao ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete