Habillage fond de site

Les parlementaires Tapura en conflit avec leur parti

mardi 2 avril 2019

Les députées Nicole Sanquer et Maina Sage, la sénatrice Lana Tetuanui et le sénateur Nuihau Laurey s’indignent de la candidature de Tearii Alpha sur la liste La République en marche (LREM) aux européennes. (© archives LDT et DR)

Les députées Nicole Sanquer et Maina Sage, la sénatrice Lana Tetuanui et le sénateur Nuihau Laurey s’indignent de la candidature de Tearii Alpha sur la liste La République en marche (LREM) aux européennes. (© archives LDT et DR)


La préparation des élections européennes laisse percevoir des divisions au sein du Tapura. Les parlementaires Tapura jugent “inapproprié” le choix de rejoindre la liste La République en marche. Le parti assume sa décision et appelle ses troupes à soutenir Tearii Alpha, son candidat sur la liste LREM.

Que se passe-t-il dans les rangs du parti au pouvoir ? À l’occasion des prochaines élections européennes, le Tapura huiraatira expose publiquement ses divisions internes, comme en attestent les échanges écrits, hier, entre les parlementaires Tapura et le parti lui-même.

La première correspondance, dont copie a été adressée aux rédactions, a été dégainée par les parlementaires de la majorité à Paris, à savoir les députées Nicole Sanquer et Maina Sage, la sénatrice Lana Tetuanui et le sénateur Nuihau Laurey. Lesquels s’indignent d’avoir appris par voie de presse, le jeudi 28 mars, la décision du Conseil politique du Tapura huiraatira relative à sa participation aux élections européennes sur la liste La République en marche (LREM) par la désignation de l’actuel ministre de l’Économie verte, Tearii Alpha, et de la représentante Virginie Bruant comme candidats.

“Cette décision prise sans notre information et avis nous paraît particulièrement inappropriée compte tenu de nos rattachements respectifs au sein des groupes centristes – Union des démocrates et indépendants UDI-UC au Sénat et UDI-Agir-Indépendants – qui nous ont toujours soutenus loyalement dans le respect de nos positionnements politiques”, écrivent les parlementaires. Selon eux, ce choix du Tapura est de nature à créer “une ambiguïté potentiellement lourde de conséquences puisqu’elle pose en filigrane la question de notre rattachement au mouvement LREM”.

Nicole Sanquer, Maina Sage, Lana Tetuanui et Nuihau Laurey jugent cette décision d’autant plus grave que “ce choix ne saurait être associé au vote de la réforme statutaire en cours qui n’a jamais, en quatre ans jusqu’à ce jour, fait l’objet d’un quelconque lien” avec leurs décisions de rattachement. “Si tel est le cas, nous y serons strictement opposés”, menacent les élus frondeurs, qui assurent que leur position a été officiellement transmise au président Fritch le samedi 29 mars.

Les parlementaires estiment fondamental que le public sache que ce soutien a été envisagé… en leur absence.

 

Le Tapura persiste et signe

 

Dans un communiqué, le Tapura prend acte de la lettre adressée par ses quatre parlementaires au président du mouvement. “Il est vrai qu’aucun parlementaire n’était présent à la réunion du conseil politique, dont l’ordre du jour unique, porté à leur connaissance, concernait ces élections”, indique le parti rouge qui rappelle au passage qu’il n’est lié par aucune convention avec le parti UDI, ni aucun autre parti au niveau national. Les quatre parlementaires siègent en effet dans les groupes UDI des deux chambres, “mais ils ont totale liberté de vote et se sont bien souvent exprimés en faveur des textes présentés par la majorité, contrairement aux autres membres de leur groupe”, souligne le Tapura.

Le parti majoritaire à Tarahoi estime que le président Fritch a toujours entretenu, “dans un esprit de respect mutuel, des relations constructives avec le gouvernement central et sa majorité, avec le soutien de nos parlementaires qui font preuve de volontarisme en la matière”.

Enfin, le parti rappelle que la décision de mardi dernier a été prise à l’unanimité des membres présents, après que les représentants de chaque archipel se sont exprimés.

En conséquence, il appelle ses cadres, militants et sympathisants à soutenir Tearii Alpha, son candidat sur la liste LREM pour les prochaines élections européennes. Ce pe’ape’a interne trahit-il une situation de tension plus ancienne ? “Non, aucune crise ne couvait au sein de Tapura”, entendait rassurer, hier, un militant.

 

Damien Grivois

 

sémir al wardi européenne territoriale 2018

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous que la visite de la ministre de la Justice au fenua pourrait régler le problème foncier ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete