Le parquet demande le renvoi de Pageau, Clarenntz Vernaudon et consorts

    vendredi 5 août 2016

    justice

    Thierry Pageau (à droite) et Clarenntz Vernaudon lors d’une confrontation chez le juge d’instruction au cours de l’enquête. (Photo : archives LDT)


    Le procureur a rendu son réquisitoire définitif dans l’affaire d’escroquerie supposée à la defisc’

     

    L’affaire Pageau revient sur les devants de la scène judiciaire. Il y a quelques jours, le procureur de la République a en effet rendu son réquisitoire définitif la concernant.

    Dans ce document de plus de 450 pages, que La Dépêche s’est procuré, le magistrat demande le renvoi, devant le tribunal correctionnel, de Thierry Pageau pour escroqueries en bande organisée mais aussi de 13 autres mis en examen dans le dossier.

    Parmi eux : des proches du sulfureux homme d’affaires, des apporteurs de dossiers, des gérants de cabinets de defisc’, des entrepreneurs… ainsi que l’ex-maire de Taiarapu-Est, Clarenntz Vernaudon. 

    La justice les suspecte, à des degrés divers, d’avoir constitué, en usant de fausses factures, des dossiers de défiscalisation bidons destinés à tromper l’administration fiscale pour bénéficier illégalement des avantages financiers de la loi Girardin.

    Et ce, au préjudice des caisses publiques et des contribuables métropolitains pour un montant qui porterait sur plusieurs milliards de francs.

    Thierry Pageau est soupçonné, via des cabinets d’ingénierie financière dont il aurait été le gérant de fait (Gestom puis Ifom), d’avoir constitué, entre 2005 et 2010, des centaines de dossiers de ce type.

    Ceux-ci étaient censés permettre l’acquisition de véhicules (4×4, bateaux), d’engins de chantier (bulldozer), mais aussi la construction de bâtiments (hangars ou bungalows pour pensions de famille).

    Or, selon l’analyse du parquet, les mis en cause établissaient ou faisaient établir des fausses factures “afférentes à du matériel inexistant ou dont le prix a été surévalué”. La manœuvre aurait permis aux intéressés d’obtenir de généreuses rétrocessions de crédits d’impôts.

     

    “Soif d’argent”

     

    Un chef d’entreprise dont le procureur demande le renvoi devant le tribunal correctionnel aurait ainsi perçu plus de 161 millions de francs, via 25 dossiers présumés bidons.

    Cette manne lui permettait de “financer son train de vie et d’alimenter les trésoreries de ses sociétés”, selon le réquisitoire. Pour ce qui est de “Kalin” Vernaudon, celui-ci est inquiété dans le montage d’une dizaine de dossiers.

    “Ami de longue date” de Thierry Pageau, il lui est notamment reproché l’acquisition frauduleuse de deux bateaux en défiscalisation alors qu’il était gérant de la société Taiarapu Marine Center.

    L’ex-tavana aurait obtenu 12 millions de francs de rétrocession. Une somme qui aurait en partie été versée de la main à la main en liquide, ensuite utilisée pour financer la construction de son domicile.

    Thierry Pageau n’aurait pas été en reste. En audition, sa compagne de l’époque, Lise, avait expliqué avoir acheté, durant cette période, deux appartements en Australie (dont l’un d’une valeur de 50 millions de francs) mais aussi plusieurs terrains au fenua pour 32,5 millions de francs.

    Interrogé par les enquêteurs, l’un des associés de l’homme d’affaires avait lâché : “J’ai démissionné (…) car je ne supportais plus que Thierry Pageau dirige tout à sa guise, qu’il nous entraîne dans ses magouilles de plus en plus graves pour étancher sa soif d’argent.”

    Reste que le réquisitoire définitif du procureur de la République n’engage que le parquet. Libre en effet au juge d’instruction en charge du dossier de décider, dans les mois à venir, du renvoi, ou non, des mis en cause devant le tribunal correctionnel. Tous sont présumés innocents. 

     

    J.-B.C.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete