Pédophilie : le cardinal australien Pell accepte de répondre à la commission royale d’enquête

    mercredi 27 mai 2015

    C’est l’un des membres les plus influents de l’Église catholique : le cardinal Pell, argentier du Vatican et ancien chef de l’institution en Australie, vient d’accepter de répondre, en personne, à la commission royale d’enquête, si elle le lui demande.
    Les associations de victimes des crimes pédophiles réclament sa comparution dans l’affaire de Ridsdale. Il y a quelques jours, David Ridsdale a raconté à la commission d’enquête qu’il avait été agressé par son oncle, le prêtre pédophile Gerald Ridsdale, dans les années 1980. Et David Ridsale accuse le cardinal George Pell, un ami de sa famille, d’avoir cherché à acheter son silence : « J’ai dit à George que j’avais été agressé par Gerald. Sa première réaction a été : « ah, ok. » Je me souviens avoir dit à mes deux sœurs : le bâtard a seulement essayé de m’acheter. George a été la première personne au sein de l’Église catholique à qui j’ai officiellement parlé de mon agression par Gerald. »
    David Ridsdale accuse également le cardinal d’avoir couvert le prêtre en le mutant de paroisse en paroisse. George Pell a été nommé à plusieurs reprises par des victimes de prêtres pédophiles, qui affirment que l’argentier du Vatican était au courant de l’ampleur des crimes commis dans la ville de Ballarat (état de Victoria en Australie).
    Des allégations démenties par le cardinal dans un communiqué : « j’ai été accusé de complicité en déplaçant un pédophile notoire, accusé d’avoir ignoré les plaintes d’une victime et de tentative de subornation. (…) Hier comme aujourd’hui, j’ai toujours soutenu les enquêtes de police. J’ai déjà apporté à ces accusations un démenti sous serment et je réitère ce démenti. »
    Mais pour les associations de victimes, ça ne suffit pas. Elles demandent à ce que George Pell s’explique directement devant la commission royale d’enquête. Une demande relayée par le chef de file des travaillistes, Bill Shorten : « La parole des survivants, la parole des victimes mérite d’être entendue. Ils ont subi tant de trahisons et de coups. Donc je pense que George Pell devrait collaborer et aider la commission royale à résoudre ces problèmes, qui durent depuis trop longtemps. Et si cela veut dire qu’il doit revenir en Australie pour aider la commission royale, le cardinal Pell devrait le faire. »
    George Pell avait déjà quitté temporairement le Vatican l’an passé pour répondre aux enquêteurs. Et il vient donc d’accepter, finalement, de comparaître à nouveau.
    Depuis 2013, la commission examine la réaction des institutions face aux crimes pédophiles ; des institutions qui ont, bien souvent, étouffé les scandales. Des centaines de personnes ont déjà été entendues, mais les victimes sont si nombreuses que la commission poursuivra ses travaux au-delà des deux années prévues au départ.
     
    Radio Australia

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete