Périple avec les sentinelles de la vallée de la Papenoo

    vendredi 17 février 2017

    papenoo maroto

    Les équipes interviennent sur les prises d’eau des captages dans le fond des vallons. (© Jean-Luc Massinon)


    Tous les vendredis, Moana services est chargé de la surveillance des barrages et du nettoyage des captages. La petite société de Tiarei a la charge des ouvrages hydroélectriques de Marama nui, dans la vallée de Papeno’o. Inspection et photos, rien n’échappe à ces sentinelles, qui sillonnent les 90 km2 de la vallée.

    Si pour certains, le vendredi sonne comme le début du week-end, pour la société Moana services, le vendredi n’est pas une journée de tout repos. Chaque fin de semaine, les équipes de cette petite entreprise de Tiarei vont dans la vallée de Papeno’o.
    À bord de 4×4, les hommes de Moana services ne partent pas en balade, ils ont une mission importante. Pour le compte de Marama nui, ils vont contrôler toutes les installations hydroélectriques de la vallée.

    Après avoir acheté le casse-croûte près de la mairie de Papeno’o, l’entrée en vallée se fait aux aurores. La journée va être longue ; les barrages et la dizaine de captages sont éparpillés dans les 90 km2 de la vallée.
    Le long du chemin principal, les arrêts se succèdent. Le moindre détail anormal aiguise la curiosité de ces sentinelles. Tous les éléments inhabituels doivent être rapportés.

    Sur le site des installations de Marama nui, les vigies font le tour des points de contrôle. On note, on photographie sous tous les angles. Toutes les informations seront envoyées avant la fin de la journée au siège de Marama nui, à Taravao.

     

    Sentiers pas toujours carrossables

     

    En plus du contrôle des installations, Moana services assure le nettoyage des captages. Le véhicule quitte alors la traversière pour s’engager sur des sentiers peu carrossables.

    Il faut parfois sortir le coupe-coupe ou la tronçonneuse pour débiter les arbres qui barrent la route et parfois s’y prendre à plusieurs reprises pour gravir certaines pentes abruptes. Mais ces hommes, qui connaissent bien le terrain, ne renoncent jamais.
    Au bout de nulle part, au fond de vallons encaissés, les équipes vont inspecter les captages. Observations et photos, mais aussi séance de balayage des grilles. Les feuilles des arbres obstruent les prises d’eau. Les grilles faites de barres parallèles ont été remplacées par de nouvelles grilles, dites “coanda”.

    Cela ressemble à de la tôle ondulée, mais la plaque comporte en réalité des microfissures.
    Cela facilite le filtrage des débris (qui n’entrent plus dans les conduites forcées en direction des centrales) et permet le franchissement par les espèces animales de la rivière.

    En haute vallée, la vigilance sera portée sur les barrages de Tahinu, Vaitapa et Vainavenave. Au pied de ces monstres de pierres et de béton, il faut relever les possibles fuites. L’inspection le long des berges et des canaux de fuite permet de relever, là encore, la moindre anomalie.
    Si les hommes de Moana services, comme ceux de la société JPTTC à Teva i Uta, sont les yeux de Marama nui, ils sont aussi les bras du producteur d’hydroélectricité. Car les équipes sont amenées à faire du débroussaillage, de l’élagage et même des travaux de bétonnage dans ces vallées.

    Ce matin, une équipe de Moana service est entrée dans la vallée de Papeno’o avec la même mission d’importance.

     

    J.-L.M.

     

     

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete