Habillage fond de site

Le permis D au point mort

mercredi 5 juin 2019

bus

(© archives LDT)

Le 17 octobre dernier, le gouvernement annonçait la signature de la convention cadre relative à la délégation de service public du transport en commun régulier et scolaire sur l’île de Tahiti. Un choix nécessaire face aux besoins de la population, en termes de transports en commun. Pour rappel, la convention associant le pays et la société Réseau de transport en commun de Tahiti (RTCT) vise à améliorer les conditions de transports collectifs. Notamment par l’acquisition de 240 bus sur la période 2018-2020, l’amélioration des infrastructures du réseau routier et la modernisation des dispositifs d’information pour les usagers.

Un enjeu de taille puisque la concrétisation de tels projets encouragerait fortement le développement économique de l’île et la satisfaction de ses habitants.

Malgré la louabilité du schéma proposé, un point sur l’amélioration des transports en commun à Tahiti et dans les îles présente quelques limites actuellement. Les outils matériels annoncés nécessitent, pour une optimisation maximale, une prestation d’ordre humaine. En effet, la création d’emplois que génère le sujet ne peut être négligé. C’est notamment chez les chauffeurs que le problème se pose, puisqu’une seule autoécole propose au fenua, le passage du permis D nécessaire aux conducteurs de transport en commun.

Actuellement, le véhicule de l’auto-école en question n’étant pas opérationnel, un nombre non négligeable de personnes se trouve dans l’incapacité de mener à bien leur projet professionnel.

“Nous n’avons aucune aide, pas de défiscalisation sur nos véhicules. Lorsque l’on prend en compte le coût que représentent l’investissement et la gestion d’un véhicule de ce type, on comprend vite pourquoi il n’y a pas plus d’auto-écoles qui proposent cette catégorie de permis”, confie une monitrice d’auto-école de Tahiti interrogée sur le sujet.

La situation est d’autant plus problématique pour les aspirants au titre. “C’est un véritable handicap pour nous. Déjà en tant qu’îlienne, j’ai des frais de déplacement à Tahiti et de logement pour passer mon permis D que je dois gérer. Ensuite, on m’a appris que ça n’était plus possible. Finalement, on m’a dirigée vers Nouméa, en Nouvelle-Calédonie. Il faut donc prévoir des dépenses supplémentaires. Le fait de ne pas travailler pendant toute la période d’examen est aussi un problème. C’est à nous de trouver des alternatives et pratiquement personne ne peut pas se le permettre.”

A.M.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, qui sera élue Miss Tahiti 2019 :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete