Habillage fond de site

Perpétuité pour le voleur-violeur-incendiaire de Moorea

lundi 4 mars 2019

FC 1 Assise

“À crime ultime, peine ultime”, a estimé l’avocate générale qui a requis 30 ans de réclusion à l’encontre de l’homme qui avait tabassé, volé et violé un quinquagénaire de Moorea avant de la laisser pour morte dans sa maison en feu. (Crédit : Florent Collet)

 

Le verdict est tombé vendredi dernier, en milieu de journée, dans l’affaire jugée durant trois jours par la cour d’assises. L’accusé est un homme de 47 ans qui avait volé, tabassé, violé puis laissé pour morte dans sa maison en flammes une quinquagénaire en janvier 2017 à Moorea. La cour l’a condamné à la réclusion criminelle à perpétuité.

Dans son réquisitoire, l’avocate générale avait décrit un accusé dépourvu “de toute trace d’humanité” au moment des faits, en opposition à une victime “douce, empathique et sensible”.

Les deux étant veufs, la représentante du parquet avait rappelé que l’accusé l’était “dans un tout autre contexte. La femme de l’accusé n’a pas été tué par un cancer comme le mari de la victime mais par la toxicité de leur relation conjugale. L’accusé a fait disparaître la lettre qui indiquait que c’était la violence qui avait poussé sa femme au suicide”. 

Pour l’avocate générale, “quand on cambriole en pleine journée, on a toutes les chances de se faire surprendre. Quand cela survient, (l’accusé) a la volonté immédiate de la dominer, l’envie de la posséder. Alors il libère, comme il l’a déjà fait, toute la charge de violence et d’agressivité, mue par la rancœur qu’il a à l’égard des femmes”.

Et de poursuivre sur le scénario, qui fait froid dans le dos, de ce huis clos dans cette maison de bord de mer. “Une fois (sa victime) neutralisée, il aurait pu s’enfuir. Ce n’est pas le choix qu’il a fait, ce n’est pas ce qu’il voulait.”

L’homme viole ensuite la victime puis va prendre une douche. “Jamais un scénariste dans un film d’horreur n’aurait ajouté cette scène, ce n’est pas crédible. Cette douche défie l’entendement et démontre tout le sang froid et l’absence d’affect.”

Après l’avoir à nouveau violée, l’homme avait mis le feu à la maison avant de prendre la fuite. “Il l’abandonne aux flammes, la vouant à une mort atroce. Dans son esprit à lui, elle est déjà quasiment morte et c’est le feu qui doit l’achever.”

Estimant “qu’à crime ultime, peine ultime”, l’avocate générale requiert trente ans de réclusion criminelle avec une peine de sûreté d’au moins vingt ans.

Me Bennouar, avocat de l’accusé, a rappelé que la victime était la veuve d’un avocat apprécié du barreau et qu’il avait été désigné. “Je n’ai pas choisi (de défendre l’accusé, NDLR), c’était une obligation.”

Il s’est insurgé contre le fait que l’avocate générale n’accorde aucune circonstance atténuante à son client. “Quelqu’un peut-il en avoir si on ne lui en reconnaît pas ?”, s’est-il interrogé rappelant le passé difficile de l’accusé avant d’appeler la cour à plus de mesure que l’avocate générale pour ne pas faire de son client “un papy de Nuutania, un monument de la maison d’arrêt”. Il n’aura pas été entendu par la cour d’assises. K

Compte rendu d’audience F.C.

 

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, qui sera élue Miss Tahiti 2019 :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete