Habillage fond de site

La persévérance scolaire en amélioration selon le Pays

jeudi 27 juin 2019

Le pourcentage d’élèves entrant en 6e avec au moins un an de retard poursuit son fléchissement (12,52 % en 2018, 12,60 % en 2017). Photo : DR

Le pourcentage d’élèves entrant en 6e avec au moins un an de retard poursuit son fléchissement (12,52 % en 2018, 12,60 % en 2017). (Photo : DR)

La ministre de l’Éducation a présenté en Conseil des ministres le rapport de performance 2017-2018 de la Charte de l’éducation, celle-ci fixant les mesures essentielles que la politique éducative doit mettre en oeuvre. Ces mesures promeuvent la finalité même du projet éducatif d’“une école pour tous, une école performante, une école ouverte”.

La politique éducative s’attache à la réussite de tous et s’engage à trouver les voies les plus adaptées aux particularités de la Polynésie française pour lutter contre des “iniquités” à la fois sociales et géographiques. La Charte de l’éducation prévoit qu’un rapport de performance soit rendu pour être présenté, tous les deux ans, à l’Assemblée de la Polynésie française.

Les actions évaluées au cours de l’année scolaire 2017-2018 montrent une avancée significative dans la déclinaison de la politique éducative avec des effets mesurables, comme par exemple :

– Le pourcentage d’élèves entrant en 6e avec au moins un an de retard poursuit son fléchissement (12,52 % en 2018, 12,60 % en 2017). Ce résultat est d’autant plus significatif lorsqu’on le compare avec 2011 (25,4 %). Il résulte à la fois de l’effet cumulé de la baisse des taux de retard des années antérieures et de la politique engagée en faveur de la fluidité des parcours scolaires (mise en oeuvre des cycles, continuum école-collège, etc.) ;

– La baisse de la part des élèves non retrouvés d’une année sur l’autre (5,23 % en 2018 contre 7,1 % en 2016) qui mesure le décrochage scolaire

– Le taux de poursuite des bacheliers professionnels vers une Section de Technicien Supérieur (STS) a largement progressé de 6,74 % en 2014 pour atteindre 16,96 % à la rentrée 2018.

Cette augmentation est liée à l’enrichissement de l’éventail des formations supérieures offertes aux bacheliers technologiques et professionnels, manifestant la volonté de la Polynésie française de proposer une carte des formations plus diversifiée et mieux adaptée à son public de lycéens.

La politique volontariste en matière de recrutement de bacheliers professionnels en STS a d’ores et déjà porté ses fruits puisque 35 % des effectifs de première année sont des néo-bacheliers professionnels à la rentrée 2018.

Ces indicateurs traduisent une amélioration sensible de la persévérance scolaire. Ils devraient également confirmer, à terme, les progrès du taux d’accès au Baccalauréat. À ce titre, la Polynésie française n’a de cesse d’accroître, de manière continue, la part d’une classe d’âge titulaire du baccalauréat : 38 % en 2009, 41 % en 2011, pour atteindre 57,2 % en 2018.

Une dynamique positive est donc engagée. Dans un même temps, elle ne masque pas les défis qui doivent encore être relevés, tels que la lutte contre le décrochage scolaire et l’amélioration du climat scolaire.

 

• Retrouvez ici l’intégralité du Conseil des ministres du 26 juin 2019

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Édouard Fritch veut que les personnes hospitalisées après un accident qu'ils ont causé, sous l'empire de l'alcool ne soient pas pris en charge par la CPS. Pensez-vous que ce soit une bonne mesure ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete