Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Petit garçon écrasé le soir du réveillon : le procès repoussé pour approfondir l’enquête

mardi 24 janvier 2017

justice

Au nom de la famille du petit garçon décédé, Me Hayoun (au centre) a parlé d’un drame “horrible” et “épouvantable”. Me Jourdainne, avocat du prévenu, a néanmoins pointé quelques “lacunes” dans le dossier. Son client n’a donc pas encore été jugé. (© Marie Guitton)

 

Pour l’avocate de la famille de la victime, la situation est claire : J.J., 52 ans, conduisait en état d’ivresse le soir du 31 décembre, et il a tué un petit garçon devant le temple de Taunoa, à Papeete. Idem pour le procureur, qui a requis hier devant le tribunal correctionnel une peine de 48 mois d’emprisonnement, dont 12 assortis d’un sursis de mise à l’épreuve : “C’est pas la faute à la fatalité, c’est la faute à soi-même, quand on prend le volant alcoolisé”, a-t-il déclaré.

Mais les juges ont estimé qu’il était encore trop tôt pour juger ce dossier. Le prévenu a été renvoyé devant le juge d’instruction dans la soirée, qui devra donc décider de la suite à donner à cette affaire. Pour l’heure, l’enquête se poursuivra, à la demande de l’avocat de la défense qui a regretté que son client ait comparu si vite devant le tribunal, “pour faire une sorte de lynchage médiatique”.

D’après diverses déclarations, il est établi que le soir de l’accident, la maman était sortie du temple vers 21 heures avec ses deux enfants pour prendre de l’eau dans sa voiture. Alors qu’elle farfouillait sous la banquette avant et que sa fille de 8 ans patientait à côté du véhicule, son garçon de 5 ans s’était déplacé sur la route.

J.J., entrepreneur du bâtiment, passait à ce moment-là et n’aurait pas eu le temps de freiner. Le lampadaire fonctionnait-il, oui ou non ? Le garçonnet s’était-il faufilé entre deux voitures avant de se jeter sur la chaussée ? Était-il visible, ce faisant, du conducteur de la 4×4 rouge qui arrivait ? Et surtout, à quelle vitesse roulait-elle ?

Pare-chocs désaxé, clignotant sorti de son logement, pare-brise cassé… “Faire ces dégâts à 40 km/h, j’ai du mal à y croire”, a souligné hier le président du tribunal. Des investigations supplémentaires devraient permettre de déterminer si le véhicule était déjà dans cet état puisque, suite à une panne moteur, la voiture sortait de chez un garagiste qui n’a pas encore été interrogé.

 

Un accident “inévitable” ?

 

 

Pendant toute l’audience, la maman du petit garçon est restée figée dans la douleur, incapable de s’exprimer. “Au-delà de la dimension humaine de ce dossier, il apparaît d’appliquer la règle de droit”, a néanmoins averti le procureur.

Aussi tragiques que soient les conséquences, reste à déterminer si c’est la conduite du chauffeur ou celle de l’enfant qui a véritablement provoqué l’accident. Dans ce second cas, ce comportement aurait-il pu être anticipé par le conducteur, qui savait circuler aux abords d’un temple fréquenté ?

“Je me rendais à un magasin ouvert pour chercher de la bière. Ma maison est à 500 mètres de l’accident. J’avais commencé à boire de la bière vers 5 heures du soir. J’avais bu 5 boîtes”, a reconnu le prévenu. Son taux d’alcoolémie était légèrement au-dessus de la limite (0,44 mg par litre d’air expiré), et c’était au moins la seconde fois qu’il prenait le volant dans cet état, d’après son casier judiciaire. Mais pour lui, buveur occasionnel, l’accident était “inévitable”, alcool ou pas.Voilà pourquoi, d’après son avocat, il n’aurait pas eu le temps de freiner.

Quant à son arrêt trois mètres après le lieu de l’impact, il prouverait que sa vitesse n’était pas excessive.

J.J., lui, n’a pas cherché à se dédouaner hier. “Je demande pardon à la famille”, a-t-il simplement déclaré, au bord des larmes lui aussi.
Dans l’attente de la décision du juge d’instruction, une seule certitude a finalement réuni l’auditoire. “La dernière fois, le procureur a dit qu’un véhicule, c’est une arme, a lâché l’avocate de la famille. Moi, je dis qu’un 4×4, c’est une arme de guerre. Donc, il faut être dix fois plus prudent.”

 

Compte rendu d’audience Marie Guitton

 

 

133
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete