Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Philippe Hervé perd la vie dans un accident de cheval

mardi 22 août 2017

hervé matériaux

Hervé Philippe était un homme discret. “Peut-être trop, mais c’est dans ma nature”, confiait-il. (© archives LDT)

C’est en pratiquant sa passion le cheval, dans l’environnement qu’il affectionnait particulièrement, la nature, que Philippe Hervé a perdu la vie, dimanche dernier, à Mahina.

Le patron de la société Hervé Matériaux était parti pour une balade à cheval, en cette fin de semaine. Sa famille s’est inquiétée lorsqu’elle a vu revenir l’animal sans son cavalier. Le corps a finalement été retrouvé sur le chemin qu’il avait emprunté, et tout porte à croire à une cause accidentelle. À proximité de son corps, des branches basses laissent à penser qu’il aurait pu les percuter.

Le parquet a demandé une analyse du corps pour confirmer la thèse de l’accident. Âgé de 63 ans, Philippe Hervé avait intégré, en 1979, la société créée par son père, Robert Hervé, en 1934. Aujourd’hui l’entreprise représente environ 30 % du marché des matériaux, face à quatre concurrents.

Dans un article pour La Dépêche de Tahiti, en avril 2016, à l’occasion des 50 ans de l’entreprise, Philippe Hervé confiait qu’il avait débuté comme manœuvre, durant ses vacances scolaires. “Papa m’a appris un certain nombre de valeurs”, reconnaissait-il, admiratif de cet homme qui a ramené les Tamari’i, à la fin de la guerre.

Philippe Hervé faisait d’ailleurs partie  de l’association des Polynésiens dans la guerre, qui a participé à l’écriture du film de Jacques Navarro, Aux armes Tahitiens.

Père de trois enfants, l’homme était discret. “Peut-être trop, mais c’est dans ma nature”, nous soufflait-t-il. Passionné de randonnée, il avait, avec des amis, entièrement retapé l’abri du Te Pari.

“Cela me faisait mal au cœur de voir ce refuge tomber en ruine. Je suis très content de l’avoir fait. Tout était envahi par la végétation”, reconnaissait-il humblement.

Amoureux du cheval et kayak et plus généralement de tout ce qui touche à la nature, il se définissait ainsi : “Je suis un homme des bois”.

La Dépêche de Tahiti adresse ses plus sincères condoléances aux familles et proches touchées par ce drame.

 

F.C.

 

 

1576
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete