Piano Rigoletto, l’hilarante histoire de la musique

    mardi 23 août 2016

    rigoletto

    Alain Bernard donne trois représentations de son spectacle Piano Rigoletto, co-écrit avec Pascal Légitimus, et dont l’humour loufoque a déjà fait rire des milliers de spectateurs en métropole. (Photo : Caroline Perdrix)

     

    Trois dates pour un one-man-show à ne pas manquer

     

    Si tous les profs de musique étaient comme Alain Bernard, nous serions tous musiciens.

    Le spectacle qu’il a créé en 2012, Piano Rigoletto, est une plongée humoristique dans l’histoire de la musique, “de la préhistoire à David Guetta, en passant par le Moyen Âge, la Renaissance, le baroque, le classique, le blues, le jazz, le rock, la chanson réaliste…

    Vaste programme pour une heure et quart de spectacle concocté par ce musicien chez qui la virtuosité le dispute à la loufoquerie. Seul sur scène avec un piano et un Casio, il déploie une culture musicale et un sens de l’humour à toute épreuve, et un don certain pour l’imitation.

    Je suis musicien à la base. J’ai une formation classique mais je suis assez autodidacte pour le reste. Mon père était décorateur de théâtre et il a écrit quelques chansons pour Bourvil. Mon rêve de gosse, c’était d’être compositeur de musiques de films.

    J’ai pas mal donné dans le piano-bar, très formateur. D’ailleurs je parle dans le spectacle des débouchés pour un musicien : tout le monde ne peut pas être concertiste ou chef d’orchestre, hein !

    Puis j’ai très vite évolué dans le milieu des humoristes, au café-théâtre, à la télé au Petit théâtre de Bouvard, avec Smaïn, que j’ai accompagné sur scène pendant 15 ans, et à la radio, sur Rire et Chansons, pour qui j’ai fait 65 sketchs courts sur l’histoire de la musique.

    Et donc tout naturellement est venue l’idée de monter mon propre spectacle. Elle s’est réalisée grâce à ma rencontre avec Pascal Légitimus (l’un des trois anciens Inconnus, NDLR) qui m’a donné confiance dans ce projet et avec qui j’ai co-écrit ce spectacle.

    Piano Rigoletto est un show bien rodé : Alain Bernard s’est d’abord produit à Paris pendant un an, puis en tournée en métropole.

    Il revient tout juste du Festival d’Avignon, où il a joué pour la troisième année consécutive. Et ce n’est pas fini : “Le 15 septembre, j’inaugure la nouvelle salle de l’Alhambra à Paris pour 90 représentations jusqu’en janvier 2017.

    À l’exception d’un passage à La Réunion, c’est la première fois qu’Alain Bernard joue son spectacle en outre-mer.

    Mais il tend l’oreille partout où il va et, depuis son arrivée à Tahiti, il mesure l’importance de la musique locale, à laquelle il fera sans doute un clin d’œil.

    Que vous soyez plutôt Beethoven ou plutôt Bob Marley, ne ratez pas ces soirées déjantées de musique et de rire.

     

    C.P.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete