Habillage fond de site

Pierre Richard redouble sa carrière

mercredi 19 octobre 2016

Pierre Richard

Même avec un simple “mauru’uru”, Pierre Richard arrive à faire rire le public. (© F.C)ureusement. À terme, cela peut contribuer à mieux identifier des signes de désarroi, souvent liés à une dépression, qui sont autant de signaux d’alarme.

“J’aimerais redoubler les années qui passent”, confie le comédien sur scène, souffrant du temps qui s’écoule. Même si, avec la sagesse, “les valises (de la vie, NDLR) sont plus lourdes,  elles sont plus légères à porter”. Dans la mémoire collective, Pierre Richard est l’incarnation de l’humour à la française, “un pays où l’on rigole quand un homme se tape la tête sur un poteau”.

Les nombreuses rediffusions de ses succès comme La Chèvre et Les Fugitifs laissent de lui une image immortelle du grand blond maladroit. C’est d’ailleurs par une compilation d’extraits de ses plus grands succès que démarre la pièce, et lorsque l’artiste entre en scène, la longue salve d’applaudissements salue au moins autant sa carrière que l’arrivée du patrimoine vivant de la comédie française.

 

Pièce autobiographique

L’homme ne fait pas de mystère sur le temps qui passe et a passé –   le thème central de la pièce –  et des marques qu’il a laissées. “C’était il y a quarante ans”, répond-il au “couillonneau” croisé dans la rue, qui remarque le “coup de vieux” depuis la rediffusion d’un film vu la veille. Car c’est bien une pièce autobiographique que présente Pierre Richard avec des anecdotes tirées de sa riche carrière aux côtés de quelques-uns des plus grands comédiens et réalisateurs du septième art français.

“Tout est vrai”, dit-il et répète-t-il, preuves vidéo à l’appui, pour conter le talent de Jean Carmet, des dangers de tourner avec Gérard Depardieu – “avec lui, on en voit de toutes les couleurs, mais surtout du rouge” –, des malheurs de Gérard Oury ou des débuts piquants et rocambolesques sur les planches. “Cela m’a toujours gêné de mettre des gens dans des cases”, explique Pierre Richard lors de ce spectacle autant humoristique que philosophique.

Le spleen et la nostalgie interprétés par l’artiste semblent plus vrais que nature et le font sortir de la case de l’acteur comique. Un spectacle qui ressemble à un hommage posthume par celui-là même que les réseaux sociaux avaient déjà donné pour mort en 2015. Pierre Richard évoque même son enterrement : “Rien que d’y penser, je me manque”. Un moment auquel l’artiste ne veut pas songer – “Les plus belles années de ma vie sont celles à venir” – et auquel le public a répondu présent.

Le grand théâtre de la Maison de la culture était pratiquement complet samedi dernier et, en plus de la deuxième représentation vendredi, une autre a été ajoutée samedi, à 19 h 30, un moment forcément chargé d’émotion puisqu’il s’agira de la toute dernière date de Pierre Richard III. “Je réalise un rêve en venant jouer à Tahiti”, a confié l’artiste à son public après une longue standing ovation. Il a donc décidé de redoubler et même tripler son rêve.  

 

F.C.

Orianne Obrize
36
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

À l'approche de Noël, êtes-vous attentifs à la qualité des jouets achetés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete