Pirae réfléchit à une nouvelle vie pour l’hippodrome

    mardi 27 janvier 2015

    Le bail qui lie le Pays et l’association hippique arrive à échéance en octobre 2015. La commune s’est déjà positionnée pour reprendre le terrain de dix hectares. L’idée serait de donner une nouvelle vie au site, mais les chevaux vont devoir y faire de la place.

    La ville de Pirae pourrait dans les années à venir voir l’hippodrome se transformer en une zone de nouvelles activités. L’information est partie de nos confrères de TNTV, présents lors de la présentation des assises du sport à Pirae. Abel Temarii, deuxième adjoint au maire de Pirae a expliqué qu’une réflexion sur l’avenir de l’hippodrome était en cours. Les dix hectares de terrain pourraient ne plus accueillir les seuls chevaux de la zone. “Un terrain de cette taille en ville, c’est exceptionnel”, dit-on à la mairie. À terme, les cavaliers pourraient devoir être obligés de partager l’espace.
    Depuis plusieurs années déjà, toute une réflexion est menée sur le quartier du domaine Labbé, juste derrière l’hippodrome. Béatrice Vernaudon en parlait déjà alors qu’elle était maire de Pirae. Aujourd’hui, la nouvelle majorité réunie autour d’Édouard Fritch relance le débat avec des échéances bien précises. “Le terrain de l’hippodrome est un terrain territorial”, expliquait hier Jean Chicou, conseiller en charge de l’aménagement. “Le bail, qui lie le Pays avec la société hippique, se termine le 30 octobre de cette année et par la suite, le terrain pourrait revenir à la commune.”
    L’hippodrome, qui date des années 1960, a été construit alors que le domaine en question n’était qu’une friche. Quarante ans plus tard, de nombreux quartiers résidentiels entourent cet espace vide. Aute affiche 3 000 personnes, presque autant dans sa vallée voisine Tenaho. “Nous sommes en cœur de ville aujourd’hui et la question qui se pose est simple”, poursuit Jean Chicou. “Est-ce qu’une activité dédiée uniquement aux sports équestres doit rester sur ce terrain ou faut-il ouvrir le terrain à toute la population ?”
    Pour l’heure, la mairie n’en est encore qu’au stade de la réflexion. Le terrain est toujours occupé par les chevaux jusqu’en octobre, et l’association ferait tout aujourd’hui pour renouveler son bail auprès du Pays qui ne semble pas, pour sa part, vouloir céder.
    La commune cherche des terrains et cherche toujours à développer la zone. Des logements vont sortir de terre à proximité, et des terres sont prêtes à être mises en construction après le cimetière. La mairie a besoin de diversifier ses offres sur la zone.
    Sur le papier, rien n’est encore fait. Cela ressort plus du cahier de doléances ou de bonnes intentions mais, ce qui est sûr, c’est que le quartier va évoluer dans les dix années à venir. L’avenir de l’école Tuterai tane qui est juste à côté de l’hippodrome tend vers la démolition.
    “Il nous manque encore beaucoup d’équipements sportifs sur le territoire”, expliquait hier Abel Temarii.

    Des problèmes de salubrité

    Un autre problème de taille va se poser dans les années à venir pour les propriétaires de chevaux et amateurs de poney qui viennent s’adonner à leur passion à Pirae et qui ont leurs chevaux en pension sur place. Les clubs équestres sont eux aussi installés sur des terrains du Pays, des terrains qui sont soumis à conventionnement. En plus de devoir partager l’hippodrome, les cavaliers pourraient tout simplement revoir leur présence dans la commune. “Il faut savoir qu’un centre équestre, au niveau de l’hygiène, c’est compliqué. La zone est reconnue comme insalubre par l’État”, sanctionne Jean Chicou. “Nous sommes en zone urbaine, nous avons des rivières, des constructions à venir et il y a donc un problème d’hygiène à résoudre.”
    À écouter la mairie, l’idée n’est pas de tout supprimer, loin de là, mais c’est d’adapter à l’activité à la population et à son nouvel environnement. “Nous voulons que tous les gens de la commune puissent bénéficier d’un maximum d’actions et de projets”, poursuit Abel Temarii. “On n’a rien contre ceux qui ont les moyens de se payer des tours de poney, mais il faut aussi partager. L’hippodrome nous pose un souci. Son temps d’occupation est minime par rapport à la surface allouée. Si les clubs se mettent aux normes, ils pourront rester.”
    Dimanche soir déjà, les pratiquants des sports équestres étaient sur le qui-vive après l’annonce d’une future cession du terrain de l’hippodrome à la commune. “Mais tout ne va pas se faire demain en un claquement de doigts”, rassure-t-on à la mairie. “En octobre, on ne prend pas le terrain et l’on ne met pas tout le monde dehors”, expliquait hier Jean Chicou. “Pour autant, nous réfléchissons déjà à ce que nous pouvons faire.” Entre le recyclage du site de Aorai Tini Hau, l’hippodrome, la prochaine récupération des terrains militaires, la commune de Pirae entrevoit des journées chargées sur les programmations.
    Jointe par téléphone, Fanny Thurot, présidente de la fédération polynésienne d’équitation, tentait de dédramatiser les passions. “A priori, il n’y a pas de risques que les chevaux soient évincés de l’hippodrome. C’est juste une cohabitation qui pourrait être mise en place. Pour nous, c’est wait and see.”

    Bertrand Prévost

    Lire plus sur le sujet dans La Dépêche de Tahiti de mardi 27 janvier ou au feuilletage numérique

     

    selymoya 2015-01-28 12:24:00
    Pas assez de site sportif!!!partager à tout le monde!!! je rigole ha!ha!ha, et après on verra encore ceux et celles qui ont plus de moyens ou alors fermé à clé pour empêcher d'y acceder ou encore réserver à une certaine ELITE !?!?!?... donc euh.......
    Pomare T. Joinville 2015-01-27 20:03:00
    Suite , Renouvelable au gré du preneur . Tout ce qui se dit n'est que prétexte pour évincer l'AH de ce site . Elle se terminera au tribunal , malheureusement .
    Pomare T Joinville 2015-01-27 19:57:00
    Juridiquement la commune ne peut s''approprier de la terre appartenant à l''AH . Le terrain de l''AH ne peut accueillir des plateaux sportifs comme on veut le faire croire . Ce terrain appartient à l''AH par un bail emphytéotique .
    Agathe 2015-01-27 09:00:00
    Bonjour,

    Vous parlez d'hygiène alors qu'une centaine voir plus de chevaux sont entérrés sous cette hippodrome...donc déjà en norme d'hygiène ce n'est pas bon du tout.

    Oui partager se serait bien c'est sur, mais attention à la sécurité... Les chevaux sont souvent imprévisible, donc faire des activté a coté d'eux pour semer la panique et faire plus de mal qu'autre chose... donc à médité aussi... Peut être que juste plus développer ce site serait mieux, mettre en place des tarifs pour que tous le monde puisse y accéder... Bref plusieurs choses sont à prendre en compte.

    En attendant, ils faut aussi pensez au chevaux qui sont la bas? On les mets à la poubelle ? C'est evidement un projet au quel il faut bien réfléchir... Essayez de pas les oublier...

    Enfin bon... moi je suis un peu outré par ce nouveau projet...

    Merci.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete