PIRAE – Vers moins de bouchons sur la route

mercredi 19 août 2015

Aux heures de pointe, difficile d’échapper à la file interminable des voitures à l’arrêt. Afin d’améliorer les conditions de circulation vers Papeete, le Pays a entrepris l’an dernier de revoir les infrastructures routières du carrefour du Pont de l’Est, jusqu’au camp de Arue.

La route territoriale numéro deux de Pirae, initialement à deux voies, passera à quatre voies d’ici septembre. Ce projet s’inscrit dans le cadre du chantier pluriannuel du Pays, commencé il y a plus d’un an. Ce chantier découpé en plusieurs sections, s’étendra du carrefour du Pont de l’Est jusqu’au camp de Arue. “L’an passé, les travaux d’aménagements routiers allaient de la rue Bernière jusqu’à la mairie de Pirae”, informe Patrick Mercier, chef de service des routes. Depuis deux mois, les travaux se poursuivent entre la mairie de Pirae et la route de l’hippodrome.
Au programme, démolition des trottoirs existants, déplacement des réseaux de télécommunication et des eaux, nouveaux éclairages publics, etc. Une opération qui a pour but de fluidifier le trafic routier dans la commune, sur une route très fréquentée par les automobilistes pour entrer et sortir de Papeete.
Pour Patrick Mercier, cette opération permet “d’assurer une meilleure fluidité à l’intérieur du centre-ville” et de “favoriser la rentrée dans Papeete, des gens qui viennent travailler”.

Un trafic perturbé

Cependant, tous ces travaux sont effectués avec une circulation ouverte et gêne les automobilistes, mais surtout, les riverains et les commerçants du quartier. En effet, cette situation exaspère Sabrina, qui habite dans le quartier.
Pour elle, le chantier “dérange, surtout lorsqu’on va au travail avec mon compagnon. À chaque fois, il y a de la circulation et je ne peux pas passer”, explique la jeune femme.
Une pharmacienne était, quant à elle, “obligée de se garer loin de mon lieu de travail parce que les camions bloquaient les rues.”
Pour un commerçant du coin, “ça va mieux”. Ce dernier s’inquiète surtout de la ligne continue qui séparera les deux voies, empêchant ses clients de la franchir pour se rendre à son magasin. “Moi, je coupe la route”, dit-il, un brin amusé. “Mais il faut savoir que l’amende est de 16 000 F”, rappelle-t-il. “C’est difficile de faire des travaux en plein centre-ville sans qu’il n’y ait aucune gêne. Même avec la meilleure volonté, on n’y arrive pas”, affirme Patrick Mercier.
Nadia Yonker

 

yo 2015-08-19 12:59:00
foi s,désolé je l'ais fait en deux fois
yo 2015-08-19 12:57:00
faire une route neuve pour mieux recassé ,parce que quelq'un a oublier de mettre des tuyaux ou des cablages électrique. ils ne peuvent pas tous faire en une.
mick 2015-08-19 12:40:00
La ligne continue qui sépare les deux voies de Papeete à Arue est problématique... On est obligé d'aller à plusieurs km pour trouver un rond point. Penser à faire des traits de ligne discontinue pour permettre de rentrer dans les propriétés et aller dans les commerces, garderies, etc.
C'est pas normal que l'on est une ligne continue sur une voie qui traverse trois communes !
Et alors les feux qui rendent la route dangereuse car trop rapprochés les conducteurs accélèrent : les passages piétons deviennent des couloirs de la mort !
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete