Habillage fond de site

Pirmaire socialiste. Hamon et Valls au second tour

dimanche 22 janvier 2017

 

 

This combination of pictures created on January 22, 2017 shows French former minister and candidate for the left-wing primaries Benoit Hamon (L) and French former Prime Minister Manuel Valls and candidate for the left-wing primaries during photo sessions in Paris. Valls and Hamon are to vie for the second round of the left-wing primary for the 2017 French presidential election. / AFP PHOTO / JOEL SAGET

This combination of pictures created on January 22, 2017 shows French former minister and candidate for the left-wing primaries Benoit Hamon (L) and French former Prime Minister Manuel Valls and candidate for the left-wing primaries during photo sessions in Paris.
Valls and Hamon are to vie for the second round of the left-wing primary for the 2017 French presidential election. / AFP PHOTO / JOEL SAGET

Benoît Hamon est arrivé en tête dimanche du premier tour de la primaire organisée par le PS et aborde le second avec un net avantage face à Manuel Valls, grâce au soutien apporté par Arnaud Montebourg, troisième homme comme en 2011.

En fin de soirée, sur quelque 1,33 million de bulletins dépouillés, Benoît Hamon arrivait en tête avec 36,3% des voix, suivi de Manuel Valls avec 31,1%, l’ancien ministre de l’Education creusant davantage l’écart au fur et à mesure de la soirée. Suivent Arnaud Montebourg, avec 17,5% des suffrages, puis Vincent Peillon (6,8%).

Les trois candidats issus des partis partenaires du PS pour cette primaire ferment la marche, avec 3,8% pour François de Rugy (Parti écologiste), 2% pour Sylvia Pinel (PRG) et 1% pour Jean-Luc Bennahmias (UDE).

Le bon score de la gauche du Parti socialiste dimanche (près de 55% des voix) et la mise en minorité de la ligne politique et économique du quinquennat incarnée par Manuel Valls, s’ils se confirment dimanche prochain, pourraient faire les affaires d’Emmanuel Macron.

« On voit bien qu’il y a une grande partie du PS qui ne peut pas se retrouver dans la ligne politique de Benoît Hamon, ni dans l’autoritarisme de Manuel Vallsé », résume un député soutien de M. Macron. « Cela fait déjà beaucoup d’orphelins… mais nous sommes généreux », ironise-t-il en anticipant de futurs ralliements.

Valls a aussitôt fait monter la pression sur les enjeux du second tour: le choix est « très clair » entre la « défaite assurée » avec M. Hamon et « la victoire possible » avec lui, ou encore entre les « promesses irréalisables et la gauche crédible ».

Mme Pinel a elle aussitôt appelé à voter en faveur de l’ancien Premier ministre, « le plus proche de (ses) convictions ». M. de Rugy demande à rencontrer les deux finalistes avant de faire son choix. M. Peillon, qui rêvait d’incarner la synthèse, au centre du PS, n’a pas exprimé son choix pour l’heure.

« Dimanche prochain, je voterai Benoît Hamon et je vous invite à faire de même », a déclaré dès 21H00 Arnaud Montebourg, qui a raté son pari en ne faisant pas mieux qu’en 2011 mais se retrouve à nouveau dans la position du faiseur de roi.

Prenant la parole quelques minutes avant Manuel Valls, Benoît Hamon, au milieu de ses militants en liesse réunis sur une péniche, a appelé les électeurs de gauche à « amplifier la mobilisation ».

« En me plaçant en tête, vous avez exprimé un message clair d’espoir et de renouveau », a-t-il lancé, rendant un hommage très appuyé à M. Montebourg et répétant qu’il ne faiblirait pas sur les deux mesures phares de son programme, la transition écologique et le revenu universel d’existence.

Sur Tahiti et Moorea, une très faible participation

Ayant été la seule commune associée à avoir proposé un bureau de vote pour les primaires de la droite, Afareaitu a permis aux électeurs de Moorea-Maiao de venir s’exprimer pour les primaires de la gauche samedi dernier. L’isoloir était une nouvelle fois installé dans la cantine et 41 électeurs sont venus exprimer leur choix sur les sept candidats présents à cette élection. De mémoire d’électeur, jamais une commune de l’île n’a enregistré un si faible taux de participation, mais il s’agissait d’une élection « citoyenne », ni communale, territoriale ou nationale, ce qui explique cela.

Ces électeurs apporteront leur voix au parti de gauche pour ce qui se dessine comme un premier tour,  à raison de, 3 pour Jean-Luc Bennahmias, 13 pour Bernard Hamon, 13 pour Emmanuel Valls, 5 pour Arnaud Montebourg, 4 pour Vincent Peillon, 1 pour François de Rugy. Sylvie Pinel n’a quant à elle obtenu aucune voix de Moorea-Maiao.

Sur Tahiti, dimanche, il était impossible d’obtenir les résultats définitifs d’une élection qui n’a pas déplacé les foules, loin s’en faut. dimanche, la déléguée mandatée par le Parti Socialiste était injoignable. Dans les bureaux de vote cependant, on pouvait compter les bulletins à l’œil nu dans les urnes. Le second tour samedi prochain sera-t-il mieux organisé localement… on en doute.

 

K

De notre correspondant

Jeannot Rey avec B.P.

1-1

Le bureau de vote de Moorea, Afareaitu, était présidé par John Toromona, maire délégué de cette commune associée.

39
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete