Habillage fond de site

“Que la plage et la cocoteraie demeurent un espace protégé à usage du public”

mercredi 12 juillet 2017

moorea plage pétition

Une plage comme il n’en existe pas d’autres sur l’île et qui fait le bonheur des familles de Moorea mais aussi de Tahiti. Ci-contre une partie de la cocoteraie. (© Photos: J Rey/LDT)


Depuis trois semaines, des bénévoles de l’association des habitants de Temae sillonnent la cocoteraie qui longe la splendide plage de Temae, afin de recueillir le plus grand nombre de signatures au bas de leur pétition. Cette pétition demande aux pouvoirs publics “de prendre des dispositions pour que la plage et la cocoteraie de Temae (actuellement domaine privé), demeurent un espace protégé à usage du public”. Aujourd’hui, la pétition a recueilli près de 5000 signatures, dont 3 500 par internet et 1 500 du public sur le terrain.

 

Pour arriver à avoir un peu de poids vis-à-vis des autorités, l’association des usagers de Temae mise sur 20 000 signataires de la pétition qu’ils ont lancée. Le groupe espère les obtenir très prochainement et les membres comptent demander audience aux pouvoirs publics. “Nous souhaiterions, avec cette pétition, engager des discussions avec le gouvernement et lui demander s’il souhaite vraiment que cette plage soit fermée au public ; d’autant que cette plage est une source financière, pour toutes les pensions qui l’utilisent pour leurs clients”, explique Alain Bonno, président de l’association des habitants de Temae. “Et puis, il y a toutes ces familles qui viennent régulièrement ici pour passer la journée car ils n’ont pas la chance d’habiter en bord de mer.”

Cette mobilisation fait suite à l’annonce par les médias, (Dépêche de Tahiti du 15 juin), de la mise en vente du domaine d’un peu plus de 47 ha comprenant le littoral sur environ 500 m dont la plage de sable blanc située entre la plage publique communale et le complexe hôtelier Ia Ora. Est aussi incluse, dans cette vente, toute la cocoteraie traversée par la servitude qui, elle-même, n’a jamais été officiellement déclarée d’utilité publique, et tout le reste du domaine, forêt de purau qui borde l’espace aéroportuaire, le marécage de roseaux et une partie de la montagne jusqu’à la crête.

 

Cette propriété, acquise au tout début des années quatre-vingt par le cheikh Enani, devait accueillir un complexe hôtelier, mais le projet n’a, finalement, jamais vu le jour. Ce n’est que récemment, il y a un peu moins d’un an, que la mise en vente a été annoncée par une grosse agence immobilière de la place, moyennant un prix qui frise les 5 milliards de francs. Plus récemment, courant mai 2017, une annonce proposait à la vente, une partie du domaine sous forme de lots, (5 lots étaient prévus), côté plage, une information qui resterait aujourd’hui à confirmer.  Aussi, depuis trois semaines, on s’active du côté des bénévoles de l’association.

 

Ce domaine est en effet, l’une des deux seules grandes plages, utilisées par le public, avec celle de Ta’a hiamanu (Opunohu), récemment aménagée par le Pays, propriétaire du site. “C’est que nous voulons faire ici”, précise Alain Bonno, “et même bien plus… Si le pays veut faire des routes, un aéroport, des stades, etc.  il exproprie pour cause d’utilité publique. En ce qui concerne ce domaine, l’utilité publique va avec cette plage de 480 mètres. Le terrain à vendre inclut la cocoteraie, et la plage jusqu’au niveau de la haute marée selon les lois territoriales. Notre objectif, serait de proposer des aménagements tout autour  de ce terrain avec, en particulier, une voie d’accès (l’actuelle servitude) qu’il faut rapidement exproprier, car là il y a utilité publique. Cette servitude dessert près de deux cents foyers. L’association projette de l’aménager avec une piste piétonnière, des parkings, et pourquoi, pas, quelques boutiques en bord de route telles que marchands de glace, etc comme on en trouve dans les stations”, conclut Alain Bonno.

 

Ces bénévoles, au nombre très irrégulier, partent à la rencontre des baigneurs pour obtenir un soutien à leur démarche. Après Temae, le petit groupe, reconnaissable à ses gilets orange, compte se rendre au quai de Vaiare, à la rencontre des visiteurs d’un jour ou d’un week-end dont la plupart, fréquente souvent “la plage Temae”. Leur seule crainte : qu’entre-temps, un gros investisseur n’achète tout le lot.

 

De notre correspondant
Jeannot Rey

La pétition est accessible sur le site change.org Sauvons la plage et la cocoteraie de Tema’e à Moorea – Polynésie Française

Orianne Obrize
401
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete