Habillage fond de site

Le plan sécurité d’Édouard Frtich pour sa commune

mercredi 6 décembre 2017

édouard fritch police

Le maire de Pirae et le haut-commissaire ont signé hier une convention pour prolonger la coopération entre la police municipale et la police nationale. (© Benoît Buquet)


Pour la première fois depuis son retour à la mairie de Pirae en 2014, Édouard Fritch a réuni hier son conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD). Le tavana et le haut-commissaire ont prolongé la coopération entre la police municipale et la police nationale, et dressé un bilan de la sécurité à Pirae. Parmi les mesures sécuritaires annoncées hier à Pirae, le dispositif “voisins vigilants”, d’inspiration anglo-saxonne et testé en 2011 par Claude Guéant, pose des questions.

Sécurité et tranquillité, voilà des thèmes porteurs à quelques mois des élections. Édouard Fritch, président du Pays et maire de Pirae, a réveillé hier dans sa commune son conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD). Et annoncé un dispositif d’autosurveillance de la population, “voisins vigilants”, de tradition anglo-saxonne.

Le conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance est un organe en théorie obligatoire dans les villes de plus de 10 000 habitants.

En Polynésie française, sept CLSPD ont été créés, à Taiarapu-Est, Mahina, Uturoa, Pirae, Papara, Faa’a et Punaauia.

Celui de Papeete devrait naître avant la fin de l’année. Hier, le haut-commissaire, René Bidal, a pudiquement glissé que “peu sont réellement opérationnels” et jugé “important que le maire de Pirae fasse renaître de ses cendres le CLSPD”.

Selon le code général des collectivités territoriales, depuis 2007, dans les communes de plus de 10 000 habitants, le maire doit présider un conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance une fois par an.

Y sont réunis des autorités (commune, État, Pays, police, gendarmerie, procureur de la République…) et des partenaires divers selon les sujets à l’ordre du jour (OPH, services sociaux, associations de prévention, etc.).

En 2012, Béatrice Vernaudon avait créé le CLSPD à Pirae. Depuis, il ne s’était plus réuni, jusqu’à hier matin.

“Ça a pris un certain temps parce qu’il a fallu s’occuper de l’effectif, renforcer les équipes (…) et beaucoup discuter sur les horaires pour ne pas plomber le budget de la commune. Il y a eu aussi un travail de terrain réalisé par les élus des quartiers. Ça a un petit peu traîné mais je suis heureux que les choses voient le jour”, a expliqué Édouard Fritch, hier.

À Pirae, la délinquance a connu un pic en 2015. C’est le directeur de la sécurité publique, Mario Banner, qui l’a lui-même expliqué lors du CLSPD, hier matin, à la mairie. 662 infractions recensées par la direction de la sécurité publique (DSP) en 2014, 865 en 2015 (+31 %).

Selon la DSP, la délinquance a ensuite chuté de 11 % en 2016 et de 21 % sur le premier semestre 2017 sur le territoire de cette commune.

 

“Voisins vigilants” ou appel à la délation ?

 

“Depuis 2015, nous avons mis en place une brigade de proximité dans les quartiers. Depuis, on est convaincu que ce travail que nous avons fait porte ses fruits”, analyse le chef de la sécurité publique de la ville de Pirae, Heifara Parker.

Pour renforcer ce travail de proximité, le maire et le haut-commissaire ont signé hier une convention pour la coopération entre la police municipale et la police nationale.

“L’échange d’informations, c’est vraiment le plus important en matière de sécurité”, assure Édouard Fritch, dont la commune est située sur une zone urbaine qui relève des compétences de la DSP.

Enfin, après la vidéosurveillance mise en place au début de l’année, le tavana a annoncé un dispositif qu’il appelle “voisins vigilants” pour lutter contre les cambriolages.

Édouard Fritch en revendique l’inspiration américaine : “Ce sont des voisins, comme aux États-Unis, qui dénoncent des anomalies dans les quartiers, lorsque des personnes non connues des quartiers viennent traîner, ou lorsque des personnes de l’extérieur viennent visiter les maisons d’à-côté, on leur demande de nous le signaler à chaque fois, avec immatriculation du véhicule. Ça nous permet de remonter les filières.”

Ce n’est pas sans poser de sérieuses questions. Quelle est la définition d’une “anomalie” ? L’appel à la “participation citoyenne”, selon le terme employé dans le communiqué de la mairie de Pirae, est-il un appel à la délation ? Et un tel dispositif est-il réellement indispensable pour signaler un cambriolage en cours ?

Le dispositif “voisins vigilants” a été lancé et vivement critiqué pour ces raisons, dans l’Hexagone, en juin 2011.

Une circulaire du ministre de l’Intérieur de l’époque, Claude Guéant, incitait les communes à rejoindre un “dispositif de participation citoyenne”.

 

Benoît Buquet

 

heifara parker

6
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete