Habillage fond de site

La planète va’a à Tahiti pour en découdre

mardi 17 juillet 2018

La première journée d’entraînement s’est déroulée hier sur le plan d’eau de Aorai Tini Hau, à Pirae. (© Vaitiare Pereyre Gobrait)

La première journée d’entraînement s’est déroulée hier sur le plan d’eau de Aorai Tini Hau, à Pirae. (© Vaitiare Pereyre Gobrait)


Les championnats du monde de va’a qui se dérouleront à Tahiti du 19 au 26 juillet sont officiellement lancés. Hier, les rameurs étrangers ont découvert le plan d’eau officiel de Aorai tini hau, à Pirae, sur lequel se dérouleront ces mondiaux de va’a vitesse. Au total, une quinzaine de délégations se sont familiarisées avec les va’a, les couloirs et la température de l’eau.

Avant la première journée de compétition, jeudi, le comité organisateur local (COL) en charge de l’organisation de ces mondiaux de vitesse de va’a a prévu trois journées d’entraînements sur le plan d’eau officiel.

Les délégations étrangères ont donc accès depuis hier matin au spot sur lequel elles évolueront pour tenter de décrocher le titre dans leurs catégories respectives.

Organisés en deux temps, ces entraînements sont proposés d’abord aux catégories Elite qui ouvriront les mondiaux, avant de laisser place aux entraînements des clubs. L’occasion pour chacun d’entre eux de “prendre la température” et de se familiariser avec les pirogues.

Hier, ce sont les délégations les plus nombreuses qui ont ouvert le bal des pirogues dans la matinée. En effet, en bon leader, c’est la délégation tahitienne composée de plus de 500 rameurs qui s’est exprimée en premier, avant de laisser place aux rameurs de la délégation australienne composée de plus de 200 rameurs.

Pour Hana Chicou, directrice générale déléguée du COL, rien de doit être laissé au hasard. “Les créneaux horaires d’entraînement sont variables et déterminés en fonction du nombre de rameurs dans la délégation. Les grosses délégations comme Tahiti et l’Australie ont eu tous les va’a à leur disposition pendant deux heures. Les équipes moins nombreuses, elles, se sont partagés les va’a selon un planning précis”.

 

 

Trois sessions d’entraînement par pays

 

 

L’après-midi, ce sont donc les équipages du Venezuela, de Panama, d’Italie, du Brésil, du canada, de Rapa Nui, de la Nouvelle-Zélande, de Wallis-et-Futuna et de la Nouvelle-Calédonie qui ont pris possession du plan d’eau. Pensé à la minute près, le programme de ces entraînements est très serré et ne laisse place à aucun écart de temps.

“On a 2 000 participants à répartir sur trois jours d’entraînement à raison de trois sessions par pays. Du coup, on est très à cheval sur le temps. On a subi en quelque sorte le samedi férié et le dimanche. On essaie donc de rattraper trois jours en un seul jour. Mais ça va. Tout le monde est motivé !”, a ajouté Hana Chicou.

Aujourd’hui et demain, deux autres sessions d’entraînements officiels seront proposées aux équipages qui peuvent désormais mettre des visages sur leurs adversaires.

 

Vaitiare Pereyre Gobrait

 

 

Une ouverture pluvieuse mais heureuse

Le multiple champion du monde Kévin Céran-Jérusalémy était le porte drapeau de la délégation tahitienne. (© Jean-Marc Monnier)

Le multiple champion du monde Kévin Céran-Jérusalémy était le porte drapeau de la délégation tahitienne. (© Jean-Marc Monnier)

La cérémonie d’ouverture des 18e Championnats du monde de va’a vitesse s’est déroulée sous la pluie dimanche après-midi au stade de Fautaua, à Pirae. Cette bénédiction inattendue venue du ciel n’a pas enlevé le sourire aux quelques 2 000 athlètes présents. Bien au contraire. Ces derniers s’étaient réunis dans les jardins de la mairie de Pirae avant d’entamer le défilé à partir de 16 heures.

Et c’est trempés de la tête au pied qu’ils sont entrés sur la pelouse sous les applaudissements d’un public venu nombreux pour les accueillir. Du 19 au 26 juillet, ces rameurs issus de plus d’une trentaine de pays et territoires du monde entier vont donc en découdre sur le plan d’eau de la baie de Taaone avec, pour Tahiti, l’ambition de reconquérir un maximum de médailles d’or après la déconvenue des 17e Mondiaux de sprint, il y a deux ans, en Australie.

 

 

Tahiti-Aotearoa : le choc des titans

 

 

“Cette fois-ci, on approche les 600 athlètes avec quatre à six équipages engagés dans chaque course, soit une centaine de V6”, explique Gordon Barff, chef de la délégation tahitienne. “En Australie, ce n’était pas un affront : on n’était que 80 personnes contre 600 rameurs Kiwis. Maintenant, on est 600 contre autant de Néo-Zélandais, alors on verra bien”, ajoute le coordinateur du Team Tahiti. “Nous sommes 560 rameurs dans le Team New Zealand avec plus de filles que d’hommes et une quinzaine de parava’a”, commente pour sa part Nahoia Mita, chargé de communication pour Aotearoa.

Une belle confrontation en perspective, donc, entre ces deux mastodontes du va’a mondial. A noter également la belle participation de Wallis-et-Futuna qui aligne un total de 105 compétiteurs, soit plus que la Nouvelle-Calédonie (70), Hawaii (65) ou encore le Canada (58). Hier, aujourd’hui et demain, place aux entraînements.

 

Jean-Marc Monnier

 

les délégations va'a

 

 

1 NZ 3 France 6 Tonga 7 Brésil

L

L

9 Californie

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete