Habillage fond de site

Le plastique, ce n’est pas fantastique

lundi 26 juin 2017

À partir du 1er juillet,  les consommateurs sont encouragés à participer  à Plastic Free July,  une opération  qui consiste à diminuer  son utilisation du plastique. Pour les fruits et légumes, un filet est un bon exemple.

À partir du 1er juillet,
les consommateurs sont encouragés à participer
à Plastic Free July,
une opération
qui consiste à diminuer
son utilisation du plastique. Pour les fruits et légumes,
un filet est un bon exemple.


En mai, fais ce qu’il te plaît, mais en juillet, fais moins de déchets.
Plastic Free July est une opération d’origine australienne, née dans un quartier à Perth, il y a quelques années.

“L’objectif de cette opération est de sensibiliser sur la consommation des plastiques à usage unique que nous utilisons au quotidien”, confie Jerry Biret, à l’origine de l’initiative au fenua. “Dans notre vie quotidienne, on est envahi par les plastiques et on ne s’en rend même plus compte. Au supermarché, on met les fruits et légumes dans un sac plastique. Au snack, on met un film plastique sur une barquette, que l’on glisse ensuite dans un sac plastique. C’est malheureusement devenu un réflexe, mais on peut refuser une paille, un gobelet en plastique.”

“Nous sommes sur la sensibilisation à propos de la quantité de plastique utilisée. Nous ne sommes pas pour une interdiction pure et simple.”
Pour cela, Jerry Biret, avec ses nièces, essaye de chercher des produits sans plastique lors de ses courses au supermarché, un peu comme une chasse au trésor, mais la chose n’est pas aisée.

Les sacs recyclés des grandes surfaces, apparus il y a une quinzaine d’années, sont une première alternative.
“Ce sont des sacs réutilisables et recyclables, mais aujourd’hui, malheureusement, ils ne sont pas recyclés et finissent tous à Paihoro.”
Refuser un emballage plastique c’est, par exemple, ne pas choisir de produits suremballés, ou préférer le fromage à la coupe plutôt qu’emballé.
“Le plastique, c’est facile à produire, mais cela à un coût pour l’environnement”, précise Jerry Biret.
Mayotte a interdit les sacs de caisse en plastique dans la grande et petite distribution en 2006.
Pourquoi ne pas étendre cette mesure ?

“Pourquoi pas, c’est peut-être la solution, mais avant, nous devons aussi avoir une réflexion par rapport à notre consommation, pour qu’elle devienne responsable. Interdire ne fera pas de nous forcément un citoyen écoresponsable. La loi ne va pas tout régler, c’est l’ensemble de la chaîne dont le consommateur qui a le dernier mot, qui doit s’interroger”, estime ce dernier.

Il n’y aura pas d’animation particulière sur le terrain. L’essentiel de l’opération Plastic Free July se déroulera essentiellement sur Facebook, avec la mise en ligne d’alternatives possibles pour échapper à l’utilisation de ces futurs déchets, à usage unique.

 

C.C.

72
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete