Habillage fond de site

Plongée merveilleuse au cœur de l’océan

mercredi 17 janvier 2018

blue disney

De gauche à droite : le réalisateur du film Blue, Keith Scholey, la comédienne Cécile de France et le chef opérateur Denis Lagrange. (© Jennifer Rofès)


L’équipe de Disneynature, actuellement en Polynésie française, a présenté, hier matin à Punaauia, son tout dernier documentaire. Intitulé Blue, ce film est consacré au cœur de l’océan. Il offre des images sous-marines spectaculaires. La présentation du film s’est faite en présence du réalisateur Keith Scholey, de la comédienne Cécile de France, qui joue les narratrices, et du chef opérateur Denis Lagrange.

Depuis bientôt dix ans, le label Disneynature, créé par le Français Jean-François Camilleri, s’est engagé à faire découvrir les plus belles histoires de la nature, de notre planète, à travers des histoires authentiques, attachantes et enrichissantes.

Afin de contribuer à éveiller les consciences sur la beauté et la fragilité de la nature, et susciter l’engagement de tous en faveur de la préservation de la biodiversité.

Après avoir réalisé neuf films par les meilleurs cinéastes du genre, tels que La marche de l’empereur, Pollen, Né en Chine et Félins, et réuni près de 30 millions de spectateurs à travers le monde, Disneynature offre son tout dernier opus, Blue, qui n’est autre qu’un voyage au cœur de nos fonds marins.

“Quand vous voulez montrer le meilleur, vous ne pouvez pas vous contenter d’un seul endroit”, a précisé, en préambule de la présentation, Keith Scholey, le réalisateur, qui explique s’être rendu dans huit pays différents pour tourner le film, dont la Polynésie française.
Blue plonge le spectateur dans un environnement somptueux et fragile, celui de notre Terre, qu’on surnomme la planète bleue.

 

Suivez les dauphins…

 

Les dauphins ont été choisis comme guides pour partager cette grande histoire de l’océan, qui est celle de nos origines et notre avenir.

Blue permet de découvrir, mais aussi de comprendre, un monde encore mystérieux et surprenant, où la nature invente des couleurs, des formes et des sons merveilleux.

Denis Lagrange, qui s’est chargé de filmer sous l’eau les mammifères marins, a expliqué, hier matin, tout le bonheur qu’il avait eu à travailler avec Keith Scholey, qui sait “laisser le temps au temps”. “Pour saisir de vrais instants avec les animaux, il ne faut pas les stresser. C’est eux qui choisissent de vous inclure dans leur environnement, et pas le contraire.”

De séquences de vie, au cours desquelles une mère dauphin apprend à son petit à chasser pour se nourrir, une centaine de requins se réunissent pour chasser… Les images filmées sont tout bonnement hallucinantes, et cela même lorsque l’on vit en Polynésie.

La sortie du film est prévue le 28 mars. Air Tahiti Nui et Tahiti Tourisme  sont partenaires de l’évènement.

Jen.R

 

Cécile de France, actrice et narratrice du film Blue : “Avec Blue, je suis là comme une ambassadrice”

Cécile de FranceQuand la production de Disneynature vous propose de participer à l’aventure du film Blue, vous réfléchissez beaucoup ?

Non, très peu. Tout d’abord parce que Disney, ça fait déjà tellement rêver. Et puis j’adore faire des voix. Dans l’exercice de mon métier, c’est une des parties que je préfère. Je fais beaucoup de livres CD pour enfants. Dans l’un des derniers dessins animés de Disney, je fais Raksha, du Livre de la jungle. C’est un exercice que j’aime et donc je m’y implique très bien.

 

Pensez-vous que le fait de choisir une voix féminine pour ce genre de film facilite la transmission du message ?

J’ai l’impression que, dans notre inconscient collectif, oui.  Nous apprécions une voix maternelle, qui essaie d’envelopper et d’inviter à s’émerveiller, un peu comme une maitresse d’école. Mais c’est un choix purement français car pour la version américaine, ce sera une voix d’homme.

 

Y a-t-il une partie du documentaire qui vous a particulièrement touchée ?

J’aime beaucoup la relation entre la mère dauphin et son petit, notamment lorsqu’elle lui apprend ses techniques de chasse qui sont extraordinaires et font preuve d’une grande intelligence et d’une grande coopération puisqu’ils sont plusieurs à s’entraider et à créer cette cohésion sociale. J’ai aimé ce passage où on le voit se tromper, recommencer, et elle, avec beaucoup de patience, prendre le temps de lui remontrer pour qu’il y arrive. Et lorsque c’est le cas, c’est un vrai moment d’émotion.

J’ai aussi aimé tout le travail d’entraide, notamment chez les baleines. Quand un petit est en danger, tous les mâles vont le secourir. Dans le récif corallien, on voit cette communauté, cette mutualité très forte. Cela montre que tout le monde a besoin de tout le monde, même si c’est entre prédateur et proie. C’est cet équilibre qui est magique, fragile mais magique.

 

Votre engagement personnel pour la planète est-il né avec ce film ?

Non, je crois que c’est dans mon éducation. Je suis déjà une grande dévoreuse de documentaires animaliers, donc naturellement je suis intéressée et curieuse de découvrir la magie et la force d’inventivité de la nature.

Et puis, avec Blue, je suis là comme une ambassadrice, j’exerce mon rôle avec passion mais sans faire beaucoup d’efforts, c’est vrai. Pour moi, c’est tout simplement nécessaire et vital qu’on le fasse, donc ça me paraît logique et enthousiasmant de le faire.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French Bee, compagnie aérienne low cost, enchaîne les retards, annulations ou “problèmes techniques”. Pour vous :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete