Pluies torrentielles aux Salomon et au Vanuatu

mercredi 14 janvier 2015

Une dépression tropicale, qui menace de se transformer en cyclone, inquiète depuis le début de la semaine les prévisionnistes des pays et territoires du Pacifique sud-ouest. Cette zone dépressionnaire se trouvait mardi à l’ouest des îles Salomon, en empruntant une direction sud-sud-est, selon les derniers avis.
D’ores et déjà, des pluies torrentielles se sont abattues sur les îles Salomon et commencent à toucher aussi l’archipel voisin du Vanuatu, dont certaines routes de la capitale ont été inondées. À Fidji et en Nouvelle-Calédonie, les autorités ont émis des avis de fortes pluies avec des précipitations attendues de l’ordre de 200 millimètres sur des périodes de douze heures, au cours de la semaine. D’ores et déjà, la sécurité civile, à Nouméa, recommande la vigilance et la prudence aux habitants de la portion la plus au nord de l’île principale et des îles Loyauté (nord-est) en raison de ces fortes pluies, accompagnées d’orages. Le dispositif de vigilance a été placé à un niveau orange.
Fin décembre 2014, dans cette région, les grands partenaires humanitaires, tout en constatant que la saison cyclonique (entamée en novembre dernier) en cours n’avait jusqu’ici pas produit de cyclone dans l’hémisphère sud du Pacifique, ont appelé les pays et territoires de la zone à ne pas baisser la garde.

Andrew McKie, porte-parole de l’antenne régionale de la Croix-Rouge Internationale en Nouvelle-Zélande, a alors souligné la nécessité de maintenir le niveau d’alerte et de continuer à sensibiliser la population.
Parmi les pays les plus concernés par cette saison australe : des États océaniens situés non loin, de part et d’autre de la ligne de changement de date, comme Samoa, Tonga, ou encore Niue, a estimé l’ONG, se basant sur les prévisions régionales.
Sur les périodes les plus à risques, les prévisions actuelles évoquent une fourchette de janvier à mars. En terme de nombre de cyclones ou de dépressions tropicales fortes à redouter, le chiffre évoqué pour cette saison se situe entre 8 et 12.
Dans la plupart des pays de la région, les antennes locales de la Croix-Rouge, ainsi que des ONG caritatives, entretiennent des stocks de matériel et de denrées alimentaires d’urgences, prépositionnés de manière à être rapidement mobilisés, si le besoin se fait sentir.
Les armées des puissances riveraines se tiennent également prêtes à venir en aide aux populations de petits États océaniens touchés.
La France (via ses forces positionnées en Nouvelle-Calédonie), l’Australie et la Nouvelle-Zélande sont par ailleurs signataires, depuis fin 1992, d’un pacte baptisé Franz, visant à mettre en commun, coordonner et harmoniser leurs moyens terrestres, maritimes et aériens dans le cadre de ce type d’interventions.
Ces dernières années, les États-Unis, via leurs forces basées à Hawaii, se joignent aussi de plus en plus fréquemment à ces opérations humanitaires.
L’ONU intervient aussi via ses agences régionales, pour la plupart basées à Suva (Fidji).

Flash d’Océanie

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete