Plus de 400 personnes vivent dans les rues de Papeete

    samedi 3 octobre 2015

    Un samu social. Voilà le projet de départ de la Croix-Rouge de la Polynésie française. 
    À l’image de ce qui se fait en métropole, la délégation de la Croix-Rouge du fenua souhaitait mettre en place des équipes mobiles afin d’aller secourir les personnes de la rue, en détresse physique ou sociale.
    Mais la délégation a été confrontée à une réalité bien différente de ce à quoi elle pouvait s’attendre. Et c’est pourquoi, sans laisser tomber ce projet, elle s’est intéressée à la situation en elle-même. Qui sont ces personnes qui vivent dehors ? D’où viennent-elles ? Quel est leur parcours ? 
    Pour répondre précisément à ces questions, il fallait dresser un constat sûr et s’appuyer sur des chiffres clairs. 
    La Croix-Rouge s’est donc rapprochée des acteurs de terrain. Dès le mois de mars, elle est allée à la rencontre de l’Ordre de Malte, du Secours catholique, du père Christophe, des associations Te Torea et Emauta et de la cellule sociale de la mairie de Faa’a. 
    La Croix-Rouge a alors rencontré des interlocuteurs et travailleurs sociaux privilégiés avec qui elle a mis en place des groupes de travail.

    Cinq profils de rue

    Les professionnels et bénévoles ont recensé cinq profils de personnes vivant dans la rue : les mineurs, les jeunes majeurs, les jeunes salariés, les sortants de prison et les personnes âgées. 
    Hier, après plusieurs mois d’échanges, de contacts et de réunions de travail, l’équipe de la Croix-Rouge a réuni l’ensemble de ses interlocuteurs ainsi que d’autres acteurs directs et indirects, concernés par l’exclusion de ces personnes et dont le regard était nécessaire pour affiner le diagnostic de situation.
    Une trentaine de personnes étaient présentes pour apporter précisions, réflexions, vécu ou ressenti sur ce premier rapport de situation, touchant les personnes à la rue ou en errance. Les préconisations retenues ont été décortiquées, précisées et à nouveau réfléchies. 
    Cette réunion de synthèse avait pour objectif d’approfondir les réflexions préalablement menées pour pouvoir finaliser un diagnostic clair à l’attention du Pays, de l’État et des communes. 
    C’est pourquoi le substitut du procureur s’est exprimé, tout comme des représentants du centre pénitencier ou du service de probation et d’insertion. Représentant du Medef, psychologues, psychiatres, associations, direction des affaires sociales, de l’enseignement… tous ont accepté d’apporter leur petite graine de réflexion pour mettre en place des actions.

    Alcool et drogue à tout âge

    Plus de 400 personnes vivent aujourd’hui dans les rues de Papeete, selon les professionnels. Deux cents y sont de façon permanente, 200 autres y sont en transit. Parmi elles, les travailleurs sociaux ont dénombré une vingtaine de mineurs âgés de 13 à 17 ans en situation d’errance permanente, un nombre quasi similaire à celui des jeunes majeurs, âgés de 18 à 26 ans.
    La majorité de ces mineurs serait en décrochage scolaire, rencontrerait des problèmes au sein de leur famille ou serait en fugue de foyers d’accueil. Ils seraient très tôt confrontés à l’alcool et aux drogues. Un problème rencontré dans chacun des cinq profils retenus. 
    Chez les jeunes majeurs, beaucoup viendraient des îles. La situation précaire des jeunes salariés toucherait davantage les hommes que les femmes. Les CAE montrent que s’ils redonnent le goût du travail, le mince salaire ne permet pas de se loger. 
    Chez les sortants de prison, les hommes sont aussi plus nombreux. Beaucoup sont rejetés par leur famille, d’autres ont des problèmes psychologiques graves qui les marginalisent. 
    Enfin, le public des personnes âgées vient principalement des îles. Elles se retrouvent à la rue suite à un décès, à de la maltraitance ou parce qu’elles présentent des troubles psychiatriques et sont rejetées.  

    Jennifer Rofes

    Eric54 2015-10-04 20:39:00
    Il n'y a que la verite qui blesse à ce que je lis.....
    De là à être grossier .......Puta roa le donneur de leçon. MDR
    TETUANUI Monil 2015-10-04 19:14:00
    @Hirinake
    moa taioro, tu crois que je vais faire du cas par cas? Je crois que j''ai autre chose a foutre que de m''occuper de ta gueule. Le gouvernement ne fout rien de bon et tant mieux...
    moe 2015-10-04 18:58:00
    Bien dit Hirinake...d'accord avec toi à 100% concernant ce personnage.
    Hirinake 2015-10-04 17:18:00
    Eh Monil tu as ete elu des annees a l'Assemblee tu as fait quoi a part rouler les pauvres gens comme ta fameuse cooperative Tatou de merde et tu as encore le culot de ramener ta fraise, sans compter que tu as roule ta propre famille dans les affaires de terre. Tu connais quoi toi dans les domaines portuaire, agricole et de developpement durable, pauvre tare va !
    Mamu to oe vaha neoneo no Tahaa.
    blue beam 2015-10-04 06:40:00
    Je suis partant pour le projet d'aide au peuple au moins je ferais une action dans ma vies.
    TETUANUI Monil 2015-10-04 01:22:00
    Ce n'est pas dans la construction du port de papeete qui va faire dépendre notre polynésie de l'importation des produits venant de l'Europe et de la France.L'Europe et la France n'ont jamais été intéressé pour acheter nos produits... En revanche, elle veut continuer à nous imposer leurs produits et maintenant leur port...... S'ils veulent leur port, ils n'ont qu'à le financer.... Il est temps que notre Pays bâtisse notre développement durable avec le respect de notre peuple autochtone Maohi en ramenant notre peuple sur leurs terres, en mettant nos milliards pour le développement durable du secteur primaire.... 45 millions seulement pour le miel , même pas 100 millions pour le développement de la vanille..... quelques miettes pour la perliculture et la pêche...... rien du tout pour approfondir le port de Uturoa et permettre les grands bateaux de croisière d'y accoster.......... quelques miettes pour construire des logements sur leurs terres indivises et des montagnes de problèmes en foncier que le gouvernement et l'Etat sont incapables de solutionner alors qu'il y a des solutions........ mettre le peuple autochtone maohi dans la rue...... eaha hoi teie e mea ma????
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete