Habillage fond de site

Plus jamais d’extractions à l’embouchure de la Taharu’u

mardi 7 mars 2017

extraction papara taharu'u

Le tas de gravats entreposé par la commune, la semaine dernière, sera étalé sur les rives de la Taharu’u. (© Charles Taataroa)


Le comité de suivi des grands travaux de Papara s’est réuni hier. Au cœur des discussions : les extractions dans la Taharu’u et le blocage, la semaine dernière, de dragues à l’embouchure. Le maire a écouté les doléances des associations présentes, et a promis d’arrêter complètement les extractions à l’embouchure.

Les membres du comité de suivi des grands travaux de Papara se sont réunis, hier après-midi, dans la salle du conseil municipal, pour parler de la rivière de la Taharu’u, plus particulièrement de son embouchure, où des travaux d’extractions réalisés pour le compte de la commune ont été bloqués mercredi dernier par une poignée de surfeurs.

L’association Ia ora Taharu’u, présidée par Pascal Teriinatoofa, était également présente, ainsi que quelques riverains et propriétaires fonciers. Denis Helme, président du syndicat Te aru tai mareva, était aussi là.

Ensemble, d’un commun accord, il a été décidé hier d’arrêter complètement les extractions à l’embouchure de la Taharu’u. La commune a indiqué qu’elle enverra une drague pour étaler la butte de gravats sur les rives et qu’elle arrêtera complètement les extractions à ce niveau-là, mais poursuivra un peu plus haut pour ses propres besoins. Elle indique avoir eu toutes les autorisations administratives pour mener ces travaux.

 

Classé patrimoine de la commune

 

Christophe Holozet, surfeur bien connu à Papara, est également intervenu pour évoquer le cas des pierres Tauauri et Tauatea, qui se trouvent justement à l’embouchure de la Taharu’u.

Pour lui, si les surfeurs n’avaient pas bloqué les dragues la semaine dernière, elles auraient pu être extraites de leur emplacement sans que personne ne s’en préoccupe. Ces pierres, qui font partie des légendes de Papara, servent de repères aux surfeurs.

Il est important, selon lui, de les classer comme patrimoine culturel de la commune de Papara. “À partir de ce moment-là, plus personne ne pourra toucher à ces pierres”, explique Christophe Holozet, qui fréquente ce spot depuis 45 ans.

Le maire Putai Taae n’est pas contre cette proposition, mais il n’a pas non plus donné de précision là-dessus.

Pour Denis Helme, du syndicat Te aru tai mareva, l’action menée par les surfeurs la semaine dernière était légitime, car le comité de suivi des grands travaux de Papara n’a pas été réuni pour informer des intentions de la commune. Pour lui, cette problématique aurait pu être évitée si les choses avaient été faites dans les règles.

Le maire Putai Taae reconnaît cette défaillance et a promis de mieux faire la prochaine fois.

En parallèle, il a été décidé de remblayer les terres emportées par la crue et de protéger les biens et les personnes qui résident au fond de la vallée, victimes des inondations des 22 janvier et 17 février. D’ailleurs, l’adjoint au maire en charge des grands travaux a indiqué que six entreprises, quatre de Papara et deux de l’extérieur, vont démarrer ces travaux dès ce matin, pour toute la semaine, jusqu’à la compétition de surf qui se déroulera à Taharu’u à partir de dimanche.

Cette réunion a en tout cas permis de calmer les tensions et de repartir sur de bonnes bases.

 

Charles Taataroa

 

Capture d’écran 2017-03-07 à 08.17.56

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

 

 

 

13
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete