Habillage fond de site

Plusieurs cas suspects de tuberculose détectés

lundi 25 septembre 2017

tuberculose

Tandis que les infirmiers lisaient les intradermoréactions, les médecins lisaient les radios thoraciques rendues par le CHPF
et la clinique Cardella. (© Jennifer Rofès)


La campagne de dépistage de la tuberculose s’est poursuivie à Mahina. Il s’agissait de toucher les 885 personnes du quartier situé au bas du Tahara’a. Plusieurs cas suspects ont été décelés.

Les équipes de la direction de la santé étaient une nouvelle fois à Mahina, hier matin, pour continuer l’opération de dépistage de la tuberculose. Une opération unique car il s’agissait de toucher les 885 personnes du quartier situé au bas du Tahara’a.

Selon Marine Giard, la responsable du bureau de veille sanitaire, les professionnels de santé ont réussi à dépister 665 personnes entre mardi et mercredi. “Cinq cent vingt-neuf  personnes se sont déplacées à la salle omnisports mise à disposition de nos équipes par la commune, mardi. Nous avons réussi à dépister 136 personnes supplémentaires le lendemain en allant faire du porte-à-porte dans le quartier. Cela signifie que nous avons pu toucher plus des 2/3 de la population cible, ce qui est très bien pour un dépistage, mais nous aurions souhaité pouvoir atteindre le chiffre exhaustif de 885 personnes”.

Vers 10 h 30 hier matin, environ 200 personnes s’étaient déjà présentées à la salle omnisports de Mahina pour que les médecins et infirmiers présents puissent lire leur intradermo-réaction.

Une dizaine d’entre eux présentaient des signes de gonflement anormaux au niveau du point d’injection.

 

Résultats d’ici deux semaines

 

Ces personnes, âgées de 5 à 73 ans, ont alors été redirigées vers une infirmière dédiée aux urgences. Celle-ci vérifiait le questionnaire sur les signes cliniques du patient avant de regarder la radiographie thoracique de la personne, lorsqu’il l’avait à disposition. Sur la dizaine de cas suspects, deux sont attendus au centre de consultations spécialisées en maladies infectieuses et tropicales (CCSMIT) à l’hôpital, la semaine prochaine.

Entre-temps, les équipes ont pu mettre de côté les personnes qui ne présentaient aucun signe clinique, ni réaction à l’IDR et pour qui les radios étaient bonnes.

Les professionnels ont, par ailleurs, mis de côté les dossiers qui présentaient des signes suspects sur au moins un des trois aspects du dépistage, afin que ces dossiers puissent être vérifiés et discutés en équipe, la semaine prochaine.

“En fonction des résultats des radios, qui aujourd’hui ne sont pas encore toutes disponibles, et à la lecture des deux autres volets, nous verrons si nous avons besoin de revoir ces personnes ou si nous devons organiser une surveillance de ces cas sur plusieurs mois”, a indiqué Marine Giard.

D’ici deux semaines, les autorités de santé devraient pouvoir communiquer les résultats obtenus lors du dépistage.

Pour les 220 personnes résidant dans le quartier du bas du Tahara’a qui n’ont pu être dépistées cette semaine, la direction de la santé les invite à se rendre au dispensaire de la commune.

Les résultats seront transmis aux autorités compétentes pour qu’elles soient prises en compte.

 

Jen.R

 

marine girard

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete