Habillage fond de site

Pneus usagés : certains professionnels enfreignent la loi

mardi 21 août 2018

Les professionnels du marché des pneus se retrouvent rapidement avec des stocks importants de pneus usagés. Certaines sociétés les apportent à Fenua Ma, et paient 8 600 F la tonne. D’autres ne le font manifestement pas... (© Damien Grivois)

Les professionnels du marché des pneus se retrouvent rapidement avec des stocks importants de pneus usagés. Certaines sociétés les apportent à Fenua Ma, et paient 8 600 F la tonne. D’autres ne le font manifestement pas… (© Damien Grivois)


Une enquête de La Dépêche a montré que plus de 80 % des pneus usagés ne sont pas récupérés. La loi stipule que tout professionnel est responsable de la gestion des déchets qu’il produit ou détient. Le dépôt d’ordures dans la nature est sanctionné en principe d’une amende minimum de 178 998 F.

Tout producteur ou détenteur de déchets est responsable de la gestion de ses déchets jusqu’à leur élimination ou valorisation finale, même lorsque le déchet est transféré à des fins de traitement” et doit s’assurer que la personne à qui il les remet est autorisée à les prendre en charge.

Sur le papier, le principe est parfaitement clair. Pourtant, l’enquête réalisée par La Dépêche (notre édition d’hier) a montré que plus de 80 % des pneus importés chaque année en Polynésie française “disparaissent”. Fenua Ma n’en récupère au mieux que 400 tonnes, sur un total estimé de 2 300 tonnes ! Le regard se porte prioritairement en direction des professionnels de la vente de pneus, des garages automobiles, des stations-service, des mécaniciens.

Car le Code de l’environnement polynésien stipule sans ambiguïté que tout professionnel est respon- sable de la gestion des déchets qu’il produit ou détient.

Le texte précise que chacun d’eux doit s’assurer que les déchets sont traités dans le respect de la législation et assumer “tous les coûts liés à leur gestion”.

Dans le cas des pneus, la tonne est facturée 8 600 F par Fenua Ma, lors de leur dépôt à Motu Uta. À l’évidence, tous les professionnels ne jouent pas le jeu. “Certains vendeurs laissent volontairement leurs pneus usagés à l’extérieur, la nuit, en espérant que des particuliers en récupèrent”, indique Fenua Ma.

Un petit garagiste indépendant admet ne pas apporter ses vieux pneus à Motu Uta. Il les stocke en attendant qu’une société de travaux publics ou de terrassement les lui prenne. Les pneus servent d’amortisseurs pour poser les godets des pelleteuses, et ont divers autres usages pour les engins lourds.

 

Le ministère botte en touche

 

Vu que des centaines de tonnes de pneus en fin de vie sont aux abonnés absents, il est évident que ces déchets alimentent en permanence les dépôts sauvages d’ordures un peu partout, à Tahiti comme dans les îles.

Et pas seulement sur terre puisque chaque opération de nettoyage du lagon prouve le nombre incroyable de pneus usagés jetés dans le lagon.

La Dépêche s’est rendue hier à la décharge de Mumuvai, à Faa’a, pour voir si une partie des pneumatiques non récupérés par Fenua Ma s’y trouvait. Manifestement non. Aucune montagne de vieux pneumatiques, même s’il est possible d’observer quelques pneus mélangés aux autres déchets, notamment près des carcasses d’autos.

Seul le centre d’enfouissement technique (CET) de catégorie 3, dédié aux déchets inertes ou non-dangereux, est officiellement autorisé à enfouir les pneus usagés. Sur le papier, la loi est sévère : le Code de l’environnement, des lois du Pays et le Code pénal sanctionnent la pollution. Mais les autorités sont souvent plus promptes à faire adopter des réglementations à l’assemblée de Polynésie qu’à les faire respecter.

La Dépêche a officiellement sollicité hier le ministère de l’Environnement de Heremoana Maamaatuaiahutapu afin de connaître sa position sur ce problème. Le ministère s’est limité à inviter la rédaction à recontacter Fenua Ma “en qualité d’opérateur public chargé par le Pays de la gestion des déchets ménagers”. Fenua Ma qui a reconnu, dès vendredi dernier, l’insuffisance de la filière de récupération. Et qui n’a pas latitude pour réglementer davantage, et encore moins pour sanctionner.

 

Damien Grivois

pneu loi

Cliquez sur la vignette pour l’agrandir

winiki sage

Cliquez sur la vignette pour l’agrandir

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete