PNG / Australie : un départ précipité qui suscite des interrogations

    lundi 27 juillet 2015

    Est-ce le signe de relations en demi-teinte entre l’Australie et la Papouasie-Nouvelle-Guinée ? L’ambassadrice australienne à Port-Moresby, Deborah Stokes, quitte son poste huit mois plus tôt que prévu. 
    La raison de ce départ anticipé reste bien mystérieuse. « Il y a des rotations, des opportunités d’avancement, et des opportunités pour certaines personnes d’accéder à des postes différents », a seulement indiqué la ministre australienne des Affaires étrangères, Julie Bishop.  Ce n’est pas étonnant d’avoir aussi peu d’informations sur une décision relevant de la diplomatie, estime Jenny Hayward-Jones, directrice du programme mélanésien au sein du Lowy Institute, mais on peut s’interroger sur le moment choisi : « Pourquoi cela arrive-t-il maintenant ? Avec le 40e anniversaire de l’indépendance qui sera célébré en septembre et avec le fait que la Papouasie-Nouvelle-Guinée accueille le Forum des îles du Pacifique, le moment choisi est inhabituel. »
    Ces derniers mois, les relations diplomatiques entre l’Australie et son ancienne colonie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, se sont quelque peu détériorées. En cause : le projet de Canberra d’ouvrir une mission diplomatique australienne à Bougainville. La province autonome est engagée dans un processus qui doit mener à la tenue d’un référendum d’autodétermination d’ici 2020. À Port-Moresby, certains ont donc estimé que l’Australie prenait de l’avance et pariait sur la victoire du camp pro-indépendance.
    Officiellement, le Premier ministre papou a surtout reproché à l’Australie de ne pas l’avoir prévenu. Peter O’Neill aurait découvert l’information en même temps que tous les Australiens, c’est-à-dire pendant la présentation du nouveau budget.
    Julie Bishop a d’abord assuré en avoir parlé avec les autorités papoues, mais après quelques semaines, son directeur de cabinet a reconnu que les dirigeants du pays n’avaient pas été prévenus des intentions australiennes.
    Beaucoup estiment que c’est à cause de cette brouille diplomatique que l’ambassadrice Deborah Stokes est invitée à quitter le pays précipitamment. La chercheuse Jenny Hayward-Jones : « On ne peut que spéculer, mais le moment choisi suggère que cette question a mis le gouvernement dans l’embarras. »
    L’accès à la province de Bougainville avait été fermé aux touristes australiens pendant deux semaines. Pour calmer le jeu, l’Australie aurait accepté de renoncer à ouvrir une mission diplomatique à Buka. Mais cette information des autorités papoues n’a pas été confirmée par Canberra.
    C’est Bronte Moules, ancienne ambassadrice en Birmanie, qui a été nommée pour remplacer Deborah Stokes à Port-Moresby.
     
    Radio Australia

        Edition abonnés
        Le vote

        Pour trouver une activité professionnelle, seriez-vous prêt à vous lancer dans l'agriculture ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete