PNG : la production est suspendue à la mine Ok Tedi

mercredi 29 juillet 2015

La mine d’or et de cuivre Ok Tedi est fermée pour une durée indéterminée et une partie du personnel a été renvoyée.
Les propriétaires de la mine expliquent qu’il s’agit d’un cas de « force majeure » : les prix du cuivre sont en chute libre et le temps sec a asséché le fleuve Fly, rendant le transport des métaux très compliqué.
Cette fermeture va avoir de lourdes répercussions sur la vie des habitants de la région, nous apprend le correspondant d’ABC, Wesley Manuai : « Il va y avoir beaucoup d’employés concernés. Selon le directeur général de la mine, Peter Graham, 15% des salariés papous et 30% des salariés expatriés seront licenciés. »
La situation des employés qui resteront ne sera pas forcément meilleure, prévient le directeur général d’Ok Tedi : ils ne seront pas payés, mais se verront offrir des dédommagements, indique Peter Graham, sans préciser la nature de ces compensations. Les salariés dont les enfants sont scolarisés dans la ville minière de Tabubil sont invités à les envoyer dans d’autres provinces.
Plus globalement, c’est l’ensemble du pays qui va souffrir de la fermeture de la mine, comme l’explique le blogueur papou Martyn Namorong au micro de la radio nationale néo-zélandaise : « La mine Ok Tedi fournit environ un quart des recettes publiques. Ça va être un coup rude pour le budget du gouvernement, la fermeture de la mine. En plus, apparemment, il y a un déficit budgétaire majeur à cause de la réception des Jeux du Pacifique, qui ont coûté 690 millions de dollars et il y a des appels pour l’introduction d’une rallonge budgétaire. »
Le futur de la mine reste incertain. Les chances de pluie ne sont que de 20% ces six prochains mois, selon les propriétaires d’Ok Tedi. La mine pourrait donc ne rouvrir qu’à l’issue de la saison sèche, dans six mois, lorsque le niveau du fleuve Fly permettra aux bateaux de transporter le minerai de cuivre.
En 1997-1998, déjà, les opérations avaient été stoppées pendant plus de six mois à cause d’un phénomène El Nino particulièrement puissant.
Cette fois, la mine doit affronter un problème supplémentaire : les cours du cuivre sont très sensibles à la conjoncture chinoise, premier consommateur mondial. Ils se sont effondrés, ces derniers jours, atteignant un plus bas de six ans.
Rappelons que c’est le géant anglo-australien BHP qui a commencé à exploiter la mine d’or et de cuivre dans les années 1980. L’entreprise a engrangé des milliards de dollars de bénéfices, tout en dévastant l’environnement : les déchets miniers ont été déversés dans le fleuve Fly pendant 20 ans. BHP a vendu ses actions à un fonds papou en 2001. En échange, l’entreprise a obtenu l’immunité judiciaire pour ses crimes contre l’environnement. En 2013, le Premier ministre Peter O’Neill a nationalisé la mine.
 
Radio Australia

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete