PNG : trois suspects arrêtés après l’attaque de touristes sur la piste de Kokoda

    jeudi 14 janvier 2016

    La police papoue va interroger trois personnes soupçonnées d’être impliquées dans l’attaque de deux touristes sur la célèbre piste de Kokoda. Elles sont accusées d’avoir tendu une embuscade aux voyageurs, une Américaine de 31 ans et un Anglais de 32 ans, et d’avoir violé la jeune femme.
    Selon les informations recueillies par ABC, les deux étrangers sont des journalistes, qui étaient dans la région pour une série de reportages sur le parcours de randonnée de Kokoda, connu notamment pour avoir été le théâtre de combats sanglants entre soldats australiens et japonais lors de la seconde guerre mondiale. Le couple avait décidé de se passer de guide, précisent les autorités de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Cela faisait plusieurs jours qu’ils marchaient lorsqu’ils ont été attaqués, lundi, par deux hommes masqués, brandissant des lances et des machettes, rapporte Laimo Asi, le commandant de police de la zone :« Ils ont été conduits dans la jungle, hors de la célèbre piste de Kokoda. Puis, on leur a bandé les yeux et ils ont été attaqués avec un couteau suisse et une lance. »
    Les assaillants ont attaché le touriste britannique à un arbre et ont violé sa compagne à plusieurs reprises, avant de lui infliger des coupures à la main. Ils ont aussi volé leurs affaires – des sacs, des téléphones et l’équivalent de 7 000 dollars en liquide.
    Les deux étrangers sont alors partis chercher de l’aide dans un village voisin, explique le commissaire adjoint, Sylvester Kalaut : « Ils ont réussi à s’échapper et ils ont marché vers un autre village. Ils ont reçu de l’aide et un hélicoptère a été envoyé sur place pour les rapatrier à Port-Moresby. »
    Les villageois qui vivent le long de la piste de Kokoda dépendent largement du tourisme de randonnée. Ils ont été choqués par l’attaque des deux touristes et ont aidé la police à arrêter les assaillants présumés, déclare Laimo Asi : « C’est terrible, ils ne s’attendaient pas du tout à ce qu’une chose pareille se produise. Les villageois font tout pour faciliter le travail des enquêteurs et ils ont aidé la police à arrêter les personnes qu’ils soupçonnent d’être impliquées. »
    Trois hommes, tous de la région, ont été arrêtés. La police pense que deux hommes ont conduit l’attaque, avec l’aide d’un troisième, qui a organisé l’embuscade. Ce dernier avait travaillé pour le couple quelques jours plus tôt, en tant que porteur.
    Lorsqu’ils ont été attaqués, les touristes marchaient seuls, en pleine saison des pluies, ce qui est dangereux, soulignent plusieurs guides de randonnée.
    Il y a deux ans, un groupe de touristes avait été attaqué sur un autre chemin de randonnée, la piste du chat noir (Black Cat Track). Deux porteurs papous avaient été tués, les neuf Australiens et Néo-Zélandais avaient été légèrement blessés.
    Il semble, en revanche, qu’il n’y ait jamais eu d’attaques commises auparavant le long de la piste de Kokoda. Brad Watts est un guide de randonnée : « Je ne pensais pas que ça pourrait arriver sur la piste de Kokoda ou même dans ses environs. J’ai dit à plusieurs reprises aux randonneurs que j’accompagnais qu’une fois en Papouasie-Nouvelle-Guinée, l’endroit le plus sûr, c’est la piste de Kokoda. »
    Brad Watts craint que la nouvelle de cette attaque ne dissuade les randonneurs de s’y rendre : « C’est catastrophique. Si les villageois perdent les revenus liés à la présence de randonneurs sur la piste, ils n’ont pour ainsi dire plus de rentrée d’argent. Il n’y a pas d’autre source de revenus pour ces gens qui vivent le long de la piste. »
    Pour les autorités australiennes, cette attaque « rappelle qu’il faut toujours faire appel à des guides réputés et enregistrés » en Papouasie-Nouvelle-Guinée.
     
    Radio Australia

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete