Pointe Matira : un projet qui fait des vagues

    vendredi 7 août 2015

    La dégradation du site de la pointe Matira a conduit le Pays et la commune à la nécessité d’engager d’importants travaux de réaménagement. L’étude d’impact commandée avant travaux à la société Fenua Environnement a été déposée en mairie et peut être consultée. Un cahier de doléances est à la disposition des habitants jusqu’au 26 août. Les deux projets envisagés sont loin de faire l’unanimité chez les riverains et usagers de la plage.

    Lors des dernières fortes houles de fin juillet, la pointe Matira avait à nouveau subi les assauts destructeurs de l’océan et tous les riverains ont exprimé à la fois leurs inquiétudes pour l’avenir de leur patrimoine foncier, mais surtout leur mécontentement concernant les travaux qui avaient été réalisés sur ce site hautement touristique de la perle du Pacifique dans les années 2005.
    Le Pays avait alors fait procéder à un enrochement avec pose de gabions, sorte de casiers métalliques renfermant des pierres, et rechargement en sable et matériaux coralliens, dans le but de retrouver une ligne de côte satisfaisante  afin qu’habitants et touristes puissent jouir d’une plage de qualité.
    Force est de constater que les résultats escomptés sont loin d’avoir été atteints et la dégradation inéluctable du site, se poursuit à une telle allure qu’un exploitant de pension se trouve dans l’obligation de cesser son activité à la fin de cette année. Les gabions sont aujourd’hui mis à nu et les géotextiles, censés contribuer à la protection contre l’érosion, arrachés et dispersés sur toute la pointe. Les accès à la mer sont devenus difficiles et la plage se vide de son sable.
    Avant que la perle du Pacifique ne soit plus perçue par les touristes que comme un keishi, le Pays et la municipalité se sont donc lancés dans un vaste projet de réaménagement du site dont l’ampleur a nécessité une étude d’impact, réalisée par la société Fenua Environnement. Son rapport, commandité par la subdivision des études et travaux maritimes de la direction de l’Équipement, a été déposé en mairie le 27 juillet.
    Considérée il y a encore peu de temps comme l’une des plus belles plages de Polynésie française, Matira reste à ce jour la plage de référence pour les visiteurs de Bora Bora, même si l’urbanisation qu’elle a subie depuis le début des années 90 lui a fait perdre une grande partie de son charme. Il était donc grand temps que l’on s’intéresse sérieusement à sa protection car après sa destruction inexorablement entamée par la houle, il n’y aura plus de plan B.
    Deux scénarios ont donc été envisagés pour sa réhabilitation, les deux prévoyant une protection “en partie haute”, qui nécessitera l’édification d’un mur de rochers (appelé pudiquement “ouvrage de défense” dans le rapport) qui viendra encercler totalement la pointe Matira. Il semblerait que ce soit le prix à payer pour sa survie, mais cela risque de ne pas être du goût des riverains qui ne pourront plus accéder directement au lagon. Ces derniers disposent d’un cahier de doléances ouvert en mairie depuis le 27 juillet et qui sera définitivement clos le 26 août prochain.

    Lire l’intégralité de l’article dans La Dépêche de Tahiti de ce vendredi 7 août ou au feuilletage numérique

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete