Habillage fond de site

Une police lagonaire en projet à Arue

mardi 8 novembre 2016

L’adjoint de la brigade de police municipale de Arue, Alain Mare, a évoqué le projet de mettre  en place une police lagonaire. (© John Hiongue/LDT)

L’adjoint de la brigade de police municipale de Arue, Alain Mare, a évoqué le projet de mettre en place une police lagonaire. (© John Hiongue/LDT)

 

La police municipale de Arue a vu le jour en janvier 1985 pour assurer et veiller à la sécurité, mais aussi pour assurer la continuité du service auprès de la population. Elle réalise une mission de police du maire et de son conseil municipal sur le terrain.
La ville de Arue a pour projet de mettre en place une police lagonaire. C’est ce qu’a annoncé le brigadier adjoint Alain Mare lors du forum des entreprises.

Cette police aurait pour mission de surveiller les plages et les lagons du territoire communal de Arue. Cette surveillance serait assurée jusqu’à l’atoll de Tetiaroa, administré par la commune. Pour mettre en place une unité de la police lagonaire, il faudra former des muto’i qui devront également passer le permis bateau. Ceci devrait faire l’objet d’une discussion lors d’une visite du haut-commissaire de la République, René Bidal.

 

Une brigade de 22 muto’i

 

Aujourd’hui, la brigade de la police municipale de Arue est bien structurée et a été renforcée par le recrutement de quatre nouveaux muto’i. Elle compte désormais un chef de brigade et son adjoint, un motard, quatre chefs d’équipe, 13 agents et deux référents pour assurer l’administration et l’opérationnel.

En ce qui concerne ses moyens matériels, elle dispose de quatre voitures, une moto, douze radios portatives et un sonomètre servant à mesurer l’intensité des bruits.

“Nos moyens d’intervention ont été renforcés depuis août 2015 par l’installation de 33 caméras de vidéosurveillance. La police a deux missions principales. Une mission d’ordre administrative sous les ordres du maire Philip Schyle et l’autre mission est d’ordre judiciaire sous l’autorisation du procureur de la République. Nous réalisons une police de proximité afin d’être proche de la population. Dans l’avenir, on va développer davantage cette proximité et être à l’écoute des habitants de Arue. Il faut toujours informer, s’informer et discuter avec les jeunes dans les quartiers”, explique le brigadier adjoint, Alain Mare.

De notre correspondant J.H.

14
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete