Habillage fond de site

Politique – Désaccord France-Polynésie sur la représentation nationale

vendredi 22 juin 2018

Lana Tetuanui a tenté en vain de faire entendre le son de la Polynésie française auprès de la ministre de l’Outre-mer. (Captures d’écran : sénat.fr)

Lana Tetuanui a tenté en vain de faire entendre le son de la Polynésie française auprès de la ministre de l’Outre-mer. (Captures d’écran : sénat.fr)

Hier, malgré une demande appuyée en séance, lors des questions au gouvernement de la sénatrice Lana Tetuanui, le gouvernement est resté campé sur sa position concernant la réforme des institutions qui doit conduire à la réduction de 30 % du nombre de députés et de sénateurs dans les deux chambres.

Ferme, la ministre de l’Outre-mer, Annick Girardin, a maintenu la volonté de faire appliquer le texte sur tout le territoire national. Idem en ce qui concerne la limitation du nombre de mandats pour les maires des communes de plus de 9 000 habitants. Lana Tetuanui est revenue avec, entre les mains, l’avis défavorable voté par tous les représentants de l’assemblée de la Polynésie française sur la question. “C’est une réduction inefficiente en Polynésie française, du fait de notre configuration géographique”, a martelé l’élue du Tapura.

“C’est une entrave d’exercice de notre démocratie locale. C’est une régression, un muselage démocratique. Nous ne pouvons être réduits à des considérations géographiques.”

Une complainte que la ministre de l’Outre-mer n’a pas entendu. Sur un ton même assez ferme, Annick Girardin a renvoyé la sénatrice dans sa ligne de défense. “Certains principes ne peuvent pas faire l’objet de dérogation territoriale”, a-t-elle expliqué. “Les contraintes spécifiques sont
prises en compte dans l’ensemble des politiques publiques. Le nombre (de parlementaires) diminuera dans chaque assemblée de 30 %. Il y aura a minima un député et un sénateur par département.”

Et la ministre de conclure : “La modernisation sera faite sur tout le territoire”. Fermez le ban ! En quelques phrases au Sénat, le gouvernement a bien fait comprendre qu’en Polynésie française, ce sera la réduction à deux, peut-être même à un seul député, qu’il faut désormais envisager.

De même, un poste de sénateur devrait disparaître avec cette nouvelle loi. Nul doute qu’une fois en discussion à l’Assemblée nationale, les députés polynésiens monteront encore au créneau sur le dossier. Interrogé hier, le vice-président Teva Rohfritsch maintenait la volonté du Pays, devant la difficulté pour un élu de parcourir toutes les îles de sa circonscription, de ne pas voir le nombre de représentants nationaux baisser.

 

Bertrand Prévost

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French Bee, compagnie aérienne low cost, enchaîne les retards, annulations ou “problèmes techniques”. Pour vous :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete