Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Politique – Septième réunion du Polynesian Leaders Group

mardi 5 septembre 2017

réunion PLG

Le Polynesian Leaders Group compte désormais neuf membres : la Polynésie française, les îles Cook, les Samoa, les Samoa américaines, Tonga, Tuvalu, Tokelau, Niue et également, depuis la réunion de 2016, Wallis-et-Futuna. (© DR)

Le président de la Polynésie française Édouard Fritch a assisté, hier, à Apia, aux îles Samoa, à la septième réunion du Polynesian Leaders Group (PLG, groupe des dirigeants polynésiens).

Au cours de cette réunion, présidée par le Premier ministre de Tonga, Akilisi Pohiva, différents points ont été abordés, dont certains intéressent directement la Polynésie française.

Le projet de câble sous-marin Manatua a ainsi été évoqué. Pour la Polynésie française, ce câble permettra de sécuriser celui utilisé actuellement, Honotua – mis en service entre Tahiti et Hawaii en 2010 – autrement que par de la liaison satellitaire, et ce faisant, sur le parcours entre Tahiti et les Samoa, de desservir également Bora Bora, les îles Cook et Niue.

Le principe d’études sur le projet a, dans un premier temps, été discuté lors d’une réunion en février 2016, sous l’égide de la Nouvelle-Zélande, et le lancement de l’appel d’offres international pour la réalisation du câble est désormais imminent, pour un budget global, partagé entre les différentes entités, de plus de 6 milliards de francs, et pour une mise en service prévue courant 2019.

 

Une liaison aérienne régionale à l’étude

 

Le président Fritch s’est réjoui de la concrétisation de ce projet, utile pour le développement de ces îles, et de cette coopération régionale qui doit servir d’exemple à d’autres projets dans d’autres secteurs économiques.

C’est ainsi qu’au cours de cette même réunion, a été présentée une étude concernant la mise en place d’une liaison aérienne régionale s’inspirant de la “Route du corail” des années 1950.

Le projet, développé en fonction des flux actuels, pourrait concerner les Samoa, les îles Cook, Tahiti et éventuellement Tonga.

Les états et territoires concernés, et des entreprises évoluant dans le secteur de l’aéronautique, pourraient ainsi participer au capital d’une nouvelle compagnie exploitant un appareil adapté aux besoins de la ligne.

Pour la Polynésie française, un tel dispositif pourrait drainer un tourisme de circuit apportant un nombre important de visiteurs supplémentaires à Tahiti.

À l’occasion de cette réunion du PLG, le président Édouard Fritch a, par ailleurs, invité les chefs d’État polynésiens au marae de Taputapuatea, à Raiatea, le 1er novembre, afin de célébrer l’inscription, en juillet, de ce site au patrimoine mondial de l’Unesco.

Depuis l’année dernière, le PLG compte désormais neuf membres : la Polynésie française, les îles Cook, les Samoa, les Samoa américaines, Tonga, Tuvalu, Tokelau, Niue et également, donc, depuis la réunion de 2016, Wallis-et-Futuna.

Cette tendance à l’expansion du PLG a notamment pour conséquence que le monde polynésien a désormais plus de poids au sein du Forum des îles du Pacifique, la grande réunion annuelle de cette instance régionale débutant, aujourd’hui, à Apia.

 

LDT

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete