Politique – Un nouveau parti sur les rails

    vendredi 4 septembre 2015

    Hier, les groupes ATP et Tapura à l’assemblée ont soutenu ensemble le gouvernement d’Édouard Fritch.  L’idée est aujourd’hui, pour ces élus, de fonder un nouveau parti.  Une solution qui ne résout pas pour autant l’équation… Les deux groupes n’ont pas assez de voix pour assurer le vote des textes du gouvernement.

    Hier, une conférence de presse commune des groupes politiques Tapura huiraatira et A ti’a Porinetia a posé les bases de la création d’un nouveau parti politique en Polynésie française. Pendant une heure, les élus présents ont martelé leur soutien à Édouard Fritch dans des termes qui, bien souvent, le canonisait de son vivant. Sylvana Puhetini, Gaston Tong Sang, Philip Schyle, Lana Tetuanui, Nicole Bouteau et Michel Buillard ont chacun leur tour pris la parole pour rappeler que les deux groupes parleraient définitivement d’une même voix et seront derrière une même personne, le président de la Polynésie française.
    À chaque fois le même mot d’ordre : “Tous avec Édouard Fritch”. “Le gouvernement s’apprête à soumettre de gros dossiers et il faut que nous soyons derrière lui pour les faire passer”, expliquait hier Gaston Tong Sang. “Il ne faut plus que la politique politicienne vienne interférer là-dessus. Le Pays ne peut plus souffrir de retourner à nouveau dans une période d’instabilité. (…) Nous ne serons jamais au rendez-vous de la reprise économique.” Rapidement, quand on évoque l’absence de majorité à l’assemblée, quand on évoque les tensions au sein des groupes, le nom de Gaston Flosse fait surface.
    “On ne peut pas continuer à écouter les intérêts d’un seul homme”, expliquait Lana Tetuanui. “Le Tahoera’a est en perdition, ses militants sont en souffrance”, poursuit Michel Buillard. “On ne se reconnaît plus en Gaston Flosse avec son comportement totalitaire et dictatorial”. Deux élus qui étaient encore orange, il y a trois mois.
    Pour Philip Schyle, la situation politique d’aujourd’hui est “étrange”. “Édouard Fritch se retrouve entravé dans son action par quelqu’un qui n’est même pas élu. Il y a 58 élus à l’assemblée, avec un élu caché… un élu nuisible.” “Trouvez-vous normal qu’un seul élu continue à jouer le marionnettiste”, a conclu Nicole Bouteau.

    L’union, mais toujours pas de majorité

    Suite à l’exclusion du Tahoera’a d’Édouard Fritch, et de nombreux autres élus avant lui, la question de la création d’un parti se pose. Le président a de lui-même annoncé que la réflexion était en cours.
    Hier, les élus réunis ont évoqué eux aussi la création de ce parti. “Nous prenons la décision de nous unir, c’est le début du processus”, a annoncé Philip Schyle. “L’objectif est de nous unir pour que nous disposions tous d’un même parti”, a-t-il poursuivi. “Ce parti aura un leader, Édouard Fritch.” Union ou non, il demeure que les deux groupes réunis hier devant les médias ne totalisent que 24 voix. Insuffisant pour assurer à leur champion un passage de ses textes à l’assemblée. Alors les élus en appellent à la responsabilité des uns et des autres, dans les camps de l’UPLD et du Tahoera’a. Dans le même temps, ils rejettent l’idée d’un retour aux urnes anticipé. “Il ne faut pas brûler les étapes”, a tempéré Philip Schyle. “Cette réunion est la première étape, d’autres viendront.” Si le choix du leader semble déjà arrêté, les couleurs, le nom et la formation de ce nouveau parti seront dévoilés plus tard.

    Bertrand Prévost

    Ces partis n’existent plus

    Le doute persistait encore lors de l’élection 2013. Avec la création de A ti’a Porinetia, les leaders des formations qui se rejoignaient avaient annoncé mettre la clef sous la porte de leurs autres partis politiques.
    Hier, Philip Schyle a confirmé que ces partis politiques n’existaient plus et même A ti’a Porinetia devrait disparaître avec la formation du nouveau parti regroupant ATP et Tapura.
    Exit donc le Fetia Api de Boris Leontief fondé en 1996, le Te avei’a de Tonio Perez fondé en 2004, le No oe e te nunaa de Nicole Bouteau fondé en 2005 ou le O Porinetia to tatou ai’a de Gaston Tong Sang fondé en 2007.

    B.P.

    Kpouf 2015-09-05 07:43:00
    Que des vieilles casseroles !
    MOOREA56 2015-09-04 20:00:00
    Quand un leader politique créera un parti des incompétents et égoîstes , là ils seront majoritaires à l'assemblée et nous ne risquerons plus des dissolutions.
    lebororo 2015-09-04 13:34:00
    Plus de partis sera positif en finale avec une idée différente de Gaston.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete