Habillage fond de site

Pollution plastique… c’est pas fantastique

jeudi 13 juillet 2017

moorea plastique

Les morceaux de plastique sont identifiés et mesurés par les chercheurs. (© Photo : J Rey/LDT)


Krista Verlis et Scott Wilson, deux scientifiques australiens, sont actuellement sur le territoire pour faire un état des lieux de la pollution de notre environnement marin par le plastique. Il s’agit ici d’une mission tout à fait officielle, financée en partie par l’IRCP (Institut de recherche corallien de Polynésie), avec le partenariat du Criobe et de l’université de Sydney. Les deux scientifiques, professeur et chercheur post-doctorant, écument une partie du littoral de Moorea et de Tahiti pour leurs recherches.

Krista Verlis et Scott Wilson, la première chercheur post-doctorant et le second professeur d’université, sont basés à l’université Macquarie située Sydney. Leur projet de recherche consiste à définir le taux de pollution du plastique dans l’environnement maritime et lagonaire. Un programme déjà entamé en Australie, sur la Grande Barrière de Corail par exemple, et qui se poursuit ici en Polynésie française. “C’est une opportunité pour nous que d’être ici, grâce à l’Institut de recherche corallien de Polynésie (IRCP) et le Criobe (Centre de recherches insulaires et observatoire de l’environnement) qui nous ouvre ses laboratoires et son site en général.

Nous sommes en Polynésie pour poursuivre nos recherches et arriver à faire des comparatifs avec ce qui a été fait ailleurs”, explique Krista Verlis, qui bénéficie d’une bourse IRCP. La Polynésie française, de par sa situation insulaire est victime elle aussi, de cette pollution qui touche toute la planète. “Nos recherches, avec constat sur place, nous permettront de faire un état des lieux, aussi bien sur le taux de pollution que sur les types d’objets qui polluent en grande quantité nos espaces marins.”
Krista et Scott sont à Moorea depuis une semaine, les deux scientifiques ont déjà travaillé sur neuf sites particuliers, choisis sur l’ensemble du rivage de Moorea. Ils ont ramassé tout ce qui n’avait rien de naturel : bouchons, bouteilles, canettes, filins, brosses à dents, etc. Tout un amalgame de produits synthétiques issus de l’homme.

“Il y a des zones plus touchées que d’autres à Moorea. Les côtes les plus polluées sont la côte nord avec en particulier la pointe de Temae et la côte Est”, explique Scott Wilson. Deux côtes au vent donc, qui récupèrent tous les immondices qui se sont retrouvés à la mer, soit jetés d’un bateau, soit déposés sur une plage, soit transportés par les rivières. Un taux de pollution a été provisoirement établi par les scientifiques, à savoir, deux déchets synthétiques au mètre carré en moyenne. L’étude du pourtour de Moorea terminée, cette semaine, le couple de chercheurs sillonnera nos plages et rives tahitiennes, non pas pour du farniente au soleil, mais à la recherche, là encore, de l’envahisseur plastique…

 

La micro pollution, la plus dangereuse

 

Le sable n’est pas exclu. Quelques poignés prélevées ici et là, et le sable sera ensuite passé au travers de différents tamis pour arriver au plus fin et récupérer tous les corps étrangers qui forment ce que l’on appellera, la micro pollution. “L’une des plus dangereuses”, précise Krista. “Elle provient de résidus de produits cosmétiques ou tout simplement de plastique qui se désagrège au contact du soleil, de la mer et des vagues, sans pour autant disparaître. C’est cette micro pollution que les animaux absorbent, poissons, tortues, concombre de mer, mollusque, et que l’on retrouve dans ce que nous mangeons, puis à terme, dans notre organisme.”

Autre constat : tous les objets facteurs de pollution plastique retrouvés échoués sur nos rivages proviennent de “chez nous”, d’après les observations des chercheurs, qui signalent que certaines de nos bouteilles d’eau locale, probablement l’objet le plus polluant, atteignent parfois d’autres rivages éloignés, transportées par les courants. Les chercheurs sont d’ailleurs tombés sur des bouteilles d’eau bien de chez nous, sur une plage… australienne !

 

De notre correspondant
Jeannot Rey

Orianne Obrize
132
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete