Habillage fond de site

La Polynésie, première de la classe aux Assises des Outre-mer

jeudi 25 janvier 2018

girardin fritch bidal

Annick Girardin, ministre des Outre-mer, a félicité les Polynésiens pour leur participation à la première phase des Assises des Outre-mer. (© Haut-commissariat)


Les Polynésiens se sont montrés actifs dans la première phase des Assises. Annick Girardin y voit un “exercice pédagogique” qui va définir les relations de l’État et de ses collectivités d’Outre-mer. Elle a confirmé de prochaines modifications du CGCT, et une aide supplémentaire de l’État pour le haut-débit.

La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, a participé hier à un comité d’orientation élargi des Assises, auquel se sont joints parlementaires, maires et représentants de la société civile. La réunion marquait la fin de la première phase des Assises, au cours de laquelle les territoires ultramarins ont défini leurs priorités et les moyens d’action souhaités.

La Polynésie est la collectivité d’Outre-mer la plus avancée dans le processus des Assises. En termes d’équipements publics à développer, les Polynésiens ont choisi, dans l’ordre : les transports en commun, Internet et télécoms, habitat social, routes, équipements sportifs et culturels, et enfin ports et aéroports.

En termes d’actions souhaitées, on trouve les aides à la création et la gestion d’entreprises, l’apprentissage et la formation professionnelle, l’enseignement, la préservation de l’environnement et du patrimoine, la lutte contre la malbouffe et les addictions, et l’adaptation des constructions aux risques climatiques.  

Durant les tables rondes qui se sont tenues dans les archipels, d’autres thèmes se sont rajoutés, tels que la continuité territoriale, le fait nucléaire et l’intercommunalité. La synthèse locale est destinée à alimenter le “Livre bleu” qui sera publié en mai prochain.

Parallèlement, les Assises invitent les porteurs de projet à se faire connaître, et là non plus le fenua ne démérite pas (voir encadré).

Annick Girardin a donc pu déclarer que “la Polynésie française est le territoire le plus avancé” sur le déroulement des Assises de l’Outre-mer. Elle a notamment salué Édouard Fritch, qui avait “tout de suite adhéré” au principe lors de sa rencontre avec le Premier ministre Édouard Philippe en juin dernier, “car c’est l’occasion de faire vivre l’Accord de l’Élysée.”

Rappelons que le “Livre bleu” doit servir de base aux “plans de convergence” entre territoires ultramarins et métropole.

“Il faut que l’on soit à la hauteur des projets dans la réponse qui sera apportée par l’État”, que ce soit en termes législatifs ou budgétaires, a conclu la ministre.

Sur le plan législatif, justement, Annick Girardin a reconnu que “le modèle juridique du CGCT (code général des collectivités territoriales) ne fonctionne pas ici. Il est difficile à appliquer parce que certaines compétences appartiennent au Pays. C’est pourquoi il faut revoir le cadre législatif”, a-t-elle déclaré, notamment en “rendant optionnelles les compétences obligatoires.” “On va se retrouver en juin à Paris avec les maires pour discuter des modifications de ce code”, a ajouté Édouard Fritch, qui a surenchéri “mais ce n’est pas qu’un problème financier, c’est aussi un problème d’hommes.”

 

Nucléaire : la ministre “ne se laissera pas emporter”

 

Interrogée sur la polémique sur les effets transgénérationnels des essais nucléaires et l’absence d’études officielles sur ce point, Annick Girardin a vivement réagi, regrettant “la manière dont les choses ont été faites”: “C’est tellement facile de systématiquement rallumer la mèche ! Je ne me laisserai pas emporter par des gens qui n’ont pas la compétence. Je ne sais pas aujourd’hui comment y répondre, mais il y aura une réponse. Il faut qu’on soit extrêmement transparent dans ce qu’on va faire. Je n’ai pas de tabou.”

En attendant, la ministre a évoqué le doublement de la dotation du Comité d’indemnisation des victimes des essais nucléaires (Civen) dans la loi de finances, et le lancement des travaux préparatoires à l’Institut d’archives et de documentation sur le fait nucléaire en Polynésie française. 

Enfin, elle le confirmera dans son discours de demain, Annick Girardin a révélé que “l’Agence du numérique, qui n’a pas vocation à travailler dans les outre-mer, va venir épauler les projets du Pays et concrétiser un projet de soutien au haut-débit”.

 

C.P.

 

• Plus d’informations : www.assisesdesoutremer.fr 

 

bilan étape assises outremer projet assises outremer polynésie

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete