Habillage fond de site

La Polynésie s’affiche en une du magazine GEO

mardi 3 janvier 2017

GEO magazine Polynésie pubicité fenua

La Polynésie et ses îles font la une de l’édition de janvier du magazine GEO, dédié à la photographie et au voyage. (© Marie Guiton)

“Dans l’eau, des tortues embrassaient les coraux, des requins pas méchants glissaient dans le lagon, des poissons-clowns jouaient à cache-cache dans les anémones. Mais c’était encore plus beau quand on sortait la tête hors de l’eau. Entre les vagues, le paysage ressemblait à un vitrail.”

Le fenua n’aura pas laissé indifférent le rédacteur en chef du magazine GEO, dédié à la photographie et au voyage.
Trois mois après s’être rendu lui-même sur place, il a décidé de consacrer le premier numéro de l’année 2017 à “Tahiti et la Polynésie – Quand la culture a rendez-vous avec la nature”.
“Autant le dire tout de suite, le mythe se fait désirer, remarque d’abord Éric Meyer. En débarquant à Papeete, on attend les plages, on trouve les graffitis. Sur la route, les pare-chocs se touchent. Les cocotiers décoiffés ont les cheveux sales (…). Mais très vite, la magie reprend le dessus.”

Surpris par le taux de chômage, l’obésité, les “SDF qui regardent passer des Porsche Cayenne et des Tesla”, ou les entrepôts et les enseignes qui “donnent au décor un air banal de zone industrielle”, nos confrères de GEO ont d’autant plus été touchés de découvrir ensuite la beauté sauvage des paysages reculés.

Des photos grandioses

 

Vague de “légende” de Teahupo’o, “précieux lagons” ou “aquarium XXL”, art “singulier” et “sophistiqué” des Mar-quises…
Sur un total de 130 pages, 46 sont exclusivement consacrées à nos archipels, illustrées de grandioses clichés pleine page, où des crêtes verdoyantes, assises dans des eaux aux “cinquante nuances de bleu”, perdent la tête dans les cieux étincelants.
Les hommes, aussi, sont bien mis en avant, comme ce pêcheur de l’atoll de Toau, aux Tuamotu, qui offre des sardines à la frégate qu’il a apprivoisée au fil du temps.
Éric Meyer a également rencontré Olivier de Kersauson, l’insatiable navigateur qui s’est volontairement échoué à Moorea.

Un second rédacteur, Sébastien Desurmont, a interrogé les croyances des hommes et cru déceler l’omniprésence de Dieu, quel qu’il soit, dans la société.
Il rappelle “la fabuleuse épopée d’un peuple de marins” qui a conquis les îles éloignées “sans carte ni boussole”, puis donne aux lecteurs une grille de lecture des tatouages marquisiens.
Parmi les dix expériences à ne pas rater, le journaliste cite pêle-mêle le ma’a Tahiti, l’exposition Tiki au Musée de Tahiti et des îles, les himene entonnés au temple Paofai, la route du belvédère à Moorea ou le snorkeling au large de Taha’a.
Reste à savoir si ces belles pages de publicité convaincront les curieux de mettre la main au porte-monnaie.

M.G.

888
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete