Portrait de Valentin Teupoorautoahuroa, dit papi Teupoo Temaiana

    vendredi 23 septembre 2016

    valentin

    Valentin Teupoorautoahuroa Temaiana, dit Papi Teupoo, fêtera ses 78 ans, cette année. (Photo : John Hiongue/LDT)

     

    Dans le monde de la culture polynésienne, qui ne connait pas papi Teupoo Temaiana ? De son vrai nom Valentin Teupoorautoahuroae, cet ardent promoteur de culture locale sera l’une des vedettes du tout premier festival d’antan de la commune de Arue. Le service social a réalisé son portrait, qui sera diffusé au public le mercredi 28 septembre, à partir de 18 h.

     

    Tout le monde est invité à venir découvrir ce court-métrage d’une vingtaine de minutes, réalisé par Yann Mariassoucé, ainsi que d’autres portraits de matahiapo.

    Né à Huahine en 1938, Papi Teupoo Temaiana a participé activement au renouveau de la danse tahitienne, et est aujourd’hui une mémoire vivante de la culture polynésienne. “J’ai beaucoup appris tout seul, à force d’observer les autres. J’ai aussi partagé mon savoir-faire et ai dû me remettre en question”, reconnaît papi Teupoo Temaiana.

    En 1961, il quitte Huahine pour venir s’installer à Tahiti. Il a alors 23 ans et entre dans la vie active. En 1963, il rencontre une grande dame de la danse tahitienne, Paulette Viénot, qui l’engage dans sa troupe de danse, Tahiti Nui. Commence alors pour lui une nouvelle aventure : parcourir le monde afin de promouvoir la danse polynésienne, en tant que danseur puis chef de troupe. Au cours de l’un de ses nombreux voyages, il rencontre Antonina, une hôtesse de l’air, qu’il épouse quelque temps plus tard.

     

    Douze ans de tournée internationale avec Fetia

     

    En 1970, avec son épouse, il fonde le groupe Fetia (Étoile), qui donne des représentations aux quatre coins du monde : aux États-Unis, au Japon et jusqu’en Chine, après la révolution culturelle. La troupe est très sollicitée par les organisateurs de spectacles.

    Pourtant, en 1982, après douze ans de tournées internationales, il décide de tout arrêter pour se consacrer à sa famille, qui compte quatre enfants en bas âge. Lorsque Boris Léontieff est réélu pour un second mandat à Arue, ce dernier le sollicite pour diriger le tout nouveau groupe de danse communale, Ahutoru Nui, composé de jeunes issus des quartiers prioritaires de Arue, et dont l’un des objectifs est de participer au concours du Heiva i Tahiti. Papi Teupoo accepte et dirige le groupe jusqu’en 2005, lui permettant de remporter trois victoires au Heiva i Tahiti.

     

    En l’an 2000, il fonde en parallèle son école de percussions, Aratai, avec l’aide de la commune. Aujourd’hui, une centaine d’élèves y suivent des cours de to’ere, pahu tupai, tari parau et fa’atete. “Il est important de transmettre la base aux jeunes. Je peux dire que la relève est assurée. Nous, on ne fait que passer. Je suis fier de cette relève. Mon fils Poehei est devenu chef d’orchestre de la troupe professionnelle Hitireva. Ma fille Maeva est une danseuse talentueuse. Et j’ai deux autres garçons, Heirama et Teimana, qui sont très doués en chant”, témoigne-t-il.

    L’école Aratai participe tous les ans au Heiva des écoles, bien souvent en assurant la soirée d’ouverture.

    Mon rêve, c’était d’ouvrir mon école de percussions traditionnelles. Depuis, j’enseigne chaque année à mes élèves de tous âges la base de la musique traditionnelle mais aussi les techniques de frappe, l’écoute et l’apprentissage du rythme. Mon école propose des cours tous les mercredis et les vendredis après-midi. Pour moi, il est important d’apprendre et de bien maîtriser les techniques de base avant de créer une chanson. C’est comme ça que la culture perdurera. Il faut créer un socle solide sur lequel elle peut se reposer.

     

    De notre correspondant J.H.

     

        Retrouvez dans notre édition du Vendredi 23  septembre 2016 :       

    • Ses grandes dates
    • Plus de photos

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete