Portrait – Lovaina Chapman, le soleil de midi

    lundi 18 janvier 2016

    Tous les lundis, nous vous proposons de découvrir un homme ou une femme qui, à sa manière, illustre l’actualité. Aujourd’hui, voici le portrait de Lovaina Chapman, qui assure pour la première fois aujourd’hui l’animation de Fare Maohi aux côtés de l’inamovible Mario. Une nouvelle progression pour cette jeune femme passionnée d’images, qui a fait ses premiers pas sur Polynésie 1ère avec la météo l’an dernier. En plus de son implication dans le milieu associatif et culturel, elle était également à l’antenne de E aha te ma’a hier. Rencontre avec celle qui n’a pas fini d’illuminer le paysage audiovisuel polynésien.

    Lovaina Chapman, c’est d’abord un sourire. Ses dents du bonheur sont une signature qui lui a tout de suite permis d’être identifiée parmi ceux et celles qui font vivre le petit écran en Polynésie. Une place à la télé, presque un rêve de petite fille pour l’ancienne élève de l’école Saint-Michel de Pirae. “Quand j’étais petite, je voulais être journaliste pour aller à la rencontre des gens, parler de l’actualité. J’aimais bien poser des questions. J’étais curieuse”, confie-t-elle. “Et emmerdeuse”, complète-t-elle, amusée. “J’aimais bien dire les choses telles que je les pensais, et quand on a 5 ans et qu’on dit à un adulte qu’il a tort, cela ne plaît pas forcément.”
    Son papa est enseignant puis négociant en perles. “Il a été plein de choses.” Sa maman, responsable des approvisionnements de la flotte du centre d’expérimentation du Pacifique, a valeur d’exemple. “C’est une femme élégante, une bonne maman qui a élevé ses trois enfants toute seule, elle a été courageuse.”
    Après un bac L à La Mennais, elle s’inscrit donc à l’Institut supérieur de l’enseignement privé de Polynésie (Isepp) dans l’idée d’aller poursuivre un cursus dans le journalisme à Bordeaux. Un projet qui vole en éclats lorsque sa mère contracte un cancer. Un choc qui lui fait prendre conscience “que la vie est courte et qu’il faut faire ce que l’on aime. Le journalisme était un métier. La photo, une passion.” Aussi, après avoir découvert la photo à l’Isepp avec Marie-Hélène Villierme, elle décide de se perfectionner.
    Sa licence en poche, elle part pour trois ans dans une école de photo à Montpellier, “notamment pour apprendre l’argentique, mais pas dans le but de faire carrière”. Un apprentissage de la photo et une expérience loin des siens riche d’enseignements. “Je suis très proche de ma famille. Quand j’étais en France, elle m’a beaucoup manqué. J’ai fait une série de portraits de Polynésiens avec une photo de leurs proches sur le visage. Je ne fais pas dans la photo de paysage. Il faut que je réfléchisse 50 ans avant de monter une photo.”

    “Quand j’étais petite, je voulais être journaliste pour aller à la rencontre des gens, parler de l’actualité.“

    Comme pour beaucoup d’étudiants, l’éloignement met également à nu l’amour pour son fenua. “C’est ce que j’ai retenu. Je me suis dit : “Rentre chez toi, c’est beau chez toi.” Même si la Polynésie a ses défauts, je préfère être ici.”
    Son passage dans le sud de la France est également marqué par son rôle de présidente des étudiants polynésiens de sa ville. “C’est important de faire quelque chose d’utile quand on a la force, les moyens et les compétences.”
    Une expérience qu’elle va poursuivre avec l’association To Tiare, qui projette de faire un concert caritatif. Tamari’i Hau’ti est né. Lovaina Chapman a pour mission d’écrire le clip qui réunira les artistes. “Faute de moyens, je l’ai écrit, filmé et monté. Cela a révélé quelque chose sur moi. J’ai su que rien n’est impossible à qui veut.” Celle qui avait abandonné son rêve de journalisme se met de nouveau à y croire. Avant d’entrouvrir la porte pour y accéder, à son retour en 2013, elle travaille pour une bijouterie.
    C’est finalement sa sœur qui la pousse à se présenter au casting organisé par Polynésie 1ère pour dénicher ses présentateurs météo. “Elle savait que j’avais toujours rêvé d’être journaliste et elle s’est dit que c’était un moyen d’entrer dans la télé.” Elle y va sans “trop se préparer”, mais fait partie des quatre à se lancer dans l’aventure.
    Avant cela, elle fait appel à son père, professeur de reo ma’ohi, autodidacte de la langue, et suit des cours intensifs avec lui pour être prête le jour J, pour sa première météo. “J’étais la plus faible des quatre, la plus stressée.” Pourtant, ce qui n’est encore qu’un gagne-pain et un accessit dans le monde de l’audiovisuel se transforme peu à peu en réel plaisir lorsqu’elle doit assurer, au pied levé, la couverture du Heiva en direct. “C’est là que j’ai pris goût à l’animation.”
    Aujourd’hui encore, Lovaina Chapman “espère un jour être derrière la caméra”, mais son aisance et son sourire ne passent pas inaperçus. “Ce qui m’a plu, c’est sa simplicité. Son sourire et ses dents du bonheur, j’adore”, explique la productrice Marie-Eve Tefaatau, qui la sélectionne pour la troisième saison de l’émission culinaire E aha te ma’a. “Pour moi, elle était trop stressée à la météo, elle avait besoin de sortir de ce carcan. Je l’ai choisie parce que j’ai accroché avec elle dès le départ, alors que je ne la connaissais absolument pas.”

    “J’espère un jour être derrière la caméra”

    Le directeur d’antenne de Polynésie 1ère a, lui aussi, été séduit. “Elle avait une aisance importante pour s’exprimer. On l’a utilisée pour des plateaux en direct et sa spontanéité, son agilité et sa force de présence à l’antenne nous ont permis de nous faire une idée précise. Quand Hinatea Chatal a décidé de suivre une autre voie, nous avons tout de suite pensé à elle.”
    Lovaina Chapman ne rate pas cette occasion. “J’ai appris beaucoup à la météo, mais j’avais un peu peur d’être bloquée. Même des gens qui me connaissent m’appellent Miss météo, ça m’agace un peu. J’aime bien mon prénom, hérité d’une grand-tante de mon grand-père qui était quelqu’un de bien.”
    Elle débute alors les tournages de E aha te ma’a aux quatre coins de la Polynésie. “Les gens qui savent cuisiner sont généreux et gentils de nature”, note-t-elle avant de se réjouir : “Maintenant, je sais faire autre chose que des pâtes !” Une période qu’elle met également à profit pour bûcher son reo Tahiti. “Cela change la vision du monde de ne pas avoir à traduire du français en tahitien, car des choses ne se traduisent pas.”
    Un savoir qui lui sera également précieux au moment de partager l’antenne avec Mario. “C’est important de comprendre la langue sinon, il n’y aura pas d’interaction, j’aurai l’air d’un piquet. Je n’espère pas”, appréhende-t-elle. L’émotion de côtoyer l’un des monuments de la télé polynésienne, en revanche, est désormais histoire ancienne. “Au début, j’avais un peu peur de me retrouver à côté de lui, jusqu’à ce que je le rencontre. Il est très sympathique, ne se met pas au-dessus, il me conseille.”  
    Lovaina Chapman préfère encore ne pas trop se focaliser sur les 12 coups de midi de ce jour. “J’essaie de ne pas y penser, je me suis mangé la moitié des ongles.” Mais elle fourmille déjà d’autres envies, de clips, de documentaires. “J’ai envie de faire plein de choses, je crois que je suis un peu hyperactive, donc je peux peut-être faire Fare Maohi et quelque chose d’autre à côté.”
    Elle faisait déjà la pluie et le beau temps, désormais, elle est le soleil de midi de Polynésie 1ère. Lovaina Chapman n’a, semble-t-il, pas fini de briller sur nos écrans. 

    Florent Collet

     

    Ses dates clefs

    7 janvier 1989 : naissance à Papeete
    2007 : découverte de la photographie avec Marie-Hélène Villierme à l’Isepp
    2008 : la maladie de sa mère l’amène à changer de cursus
    2014 : réalisation et tournage du clip des Tamari’i Ha’uti
    2015 : présentatrice météo sur Polynésie 1ère
    2016 : débuts à Fare Maohi

    OTIA 2016-01-19 06:04:00
    Fare Maohi serait mieux sans l'autre ringard foutez le à la retraite.Prenez Mateo ou l'autre Mr Meteo et Fare Maohi sera plus digeste.J'ai regardé FM hier,très bien pour pour Lovaina mais pour Mario le clown,à la retraite…
    Bonne continuation à Lovaina...
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete