“Pour lui, un travail à mi-temps, c’est douze heures par jour”

vendredi 10 octobre 2014

Un homme de 74 ans a comparu, hier devant la cour d’appel, pour “exécution d’un travail dissimulé”. En mai 2011, gendarmes et inspecteurs de la CPS s’étaient présentés à la boulangerie dont il était propriétaire, sur l’île de Taha’a, et avaient constaté que le septuagénaire employait deux salariés, l’un depuis 

14 ans et l’autre depuis quatre ans, sans qu’il ne les ait déclarés. Les deux travailleurs exerçaient en outre sept jours sur sept, de nuit, pour un salaire hebdomadaire de 21 000 Fcfp. 

Un véritable “esclavagisme moderne”, selon le rapport établi par les enquêteurs. 

“Ils étaient payés au lance-pierres” et étaient également contraints d’avoir un compte à crédit ouvert dans l’épicerie aussi propriété du vieil homme. “Ils étaient pris à la gorge. Le procès-verbal est édifiant quant aux conditions de travail et à l’emprise que le prévenu avait sur mes deux clients”, s’est indigné l’avocat des salariés. Le conseil a en outre souligné que les affaires du septuagénaire “prospéraient”,  celui-ci ayant acquis quatre maisons, mais aussi investi dans une société de transport maritime. 

Le défenseur du boulanger a plaidé le fait que son client était “de la vieille école”, qu’il avait “toujours travaillé dur” depuis ses jeunes années : “Pour lui, un travail à mi-temps, c’est douze heures par jour vu que la journée fait 24 heures”. “Il n’a pas eu conscience d’enfreindre la loi”, a encore juré la robe noire tout en assurant que le septuagénaire ne “roulait pas sur l’or” aujourd’hui. “On parle d’esclavage moderne et le terme ne me semble pas dépassé”, a considéré de son côté l’avocat général. 

Compte tenu de l’âge avancé du prévenu, le magistrat a réclamé à son encontre six mois de prison avec sursis, une peine moindre que celle dont il avait écopé en première instance. 

Il a cependant demandé que l’amende de 4 millions de Fcfp qui lui avait été infligée par le tribunal correctionnel soit, elle, maintenue. 

Le délibéré sera rendu le 6 novembre. 

 

Compte rendu d’audience JBC

CED 2014-10-12 14:13:00
“Pour lui, un travail à mi-temps, c’est douze heures par jour vu que la journée fait 24 heures”

Il fait comment alors pour un travail à pleins temps ? hh :)
teivatane 2014-10-11 05:18:00
Un vrai entrepreneur, comme on en faisait dans le temps.....Ah, c'était bien avant, c'est ça qui faut maintenant !!!!! MDR
Teariki 2014-10-10 16:40:00
Et oui de toute façon il n''y a pas que à tahaa mais à Tahiti aussi il y''a des garderie auxquels les (Tatie) employé qui sont mal payer et quand les met en congé sont solde alors qu''ils perçoivent 2,5 jour congé par mois.tu travail ou tu sort !
chadburn chantal 2014-10-10 14:15:00
Mais il n'est pas condamné à verser des dizaines de millions à ses employés? pourquoi? ou à leur donner une maison à chacun?
    Edition abonnés
    Le vote

    Le Kitesurf :

    Loading ... Loading ...
    www.my-meteo.fr
    Météo Tahiti Papeete