Pour un scanner à l’hôpital des îles Sous-le-Vent

    samedi 23 avril 2016

    Un collectif citoyen vient de se constituer à Raiatea.  Il réclame l’installation d’un scanner à l’hôpital de Uturoa. Vendredi, il a recueilli plus de 200 signatures en moins de trente minutes.

    C’est un vieux dossier que le personnel médical des îles Sous-le-Vent défend depuis plus de dix ans.
    L’installation d’un scanner à l’hôpital de Uturoa, à Raiatea, est tellement attendue que la mobilisation spontanée qui s’est faite hier matin, malgré les trombes d’eau, a réuni plus de 200 personnes à l’entrée du centre hospitalier des îles Sous-le-Vent.

    “Le dossier a été déposé en octobre 2015”, précise un membre du corps médical de l’hôpital. “Il mettait fin à une attente très longue et cette installation paraît de plus en plus évidente au fur et à mesure des examens à réaliser chez les patients.
    Il a reçu un avis favorable en première lecture, mais lors de la réunion du 6 avril (qui rassemblait médecins et décideurs politiques, NDLR), il s’avère que la décision a changé. Si nous ne faisons rien, c’est tout un pan de l’offre de soins qui s’écroule.”

    Trois scanners à Tahiti

    “Il existe trois scanners à Tahiti, deux au centre hospitalier de Polynésie française du Taaone et un privé chez Polyscan”, précise un médecin.
    “Les délais d’attente sont parfois très longs et il faut savoir que 50 % des patients des îles partent sur une civière qui occupe sept places dans un avion d’Air Tahiti qui facture les places non disponibles.
    Il faudrait demander à la CPS combien d’argent elle a dépensé en évacuations sanitaires l’an passé et ce début d’année pour payer les passages des patients des îles Sous-le-Vent (celles-ci comptent 35 000 habitants, NDLR) devant subir un examen scanner à Papeete.”

    Le personnel médical Raromata’i et tous ceux qui sont concernés par la sauvegarde de la qualité des soins aux îles Sous-le-Vent défendent d’autant plus ce dossier que la place de l’hôpital de Uturoa au centre des îles est remise en question.
    “Il sera en effet très difficile de recruter des docteurs pour l’hôpital si celui-ci ne dispose pas du matériel adéquat pour faire des examens”, rapportent-ils.
    Le collectif citoyen pour un scanner aux îles Sous-le-Vent est lancé. Il a recueilli plus de 200 signatures en moins de trente minutes. On devrait dépasser les 3 000 signatures à la fin de semaine prochaine quand le président du Pays prendra une décision. K

    De notre correspondant Jean-Pierre Besse

    Suivre toute l’actualité des archipels dans nos éditions papier de La Dépêche de Tahiti ou en vous abonnant au feuilletage numérique

    TARAVANA MA... 2016-04-28 15:39:00
    ALORS J ADORE L ARTICLE DE CE FAMEUX RA AU TAHITI ET JE SUIS ENTIEREMENT MAIS ALORS TOUT A FAIT D ACCORD AVEC MONAMONA , C EST TELLEMENT FACILE DE SE RANGER DERRIERE LE FAIT QUE LES PRIVES VONT SE SUCRER AVEC CE SCANNER POUR LES ILES SOUS LE VENT .... ET OUI RA ....AU TAHITI OU PLUTOT RA ...AU POPAA VIENT VIVRE ICI DANS NOS ILES SOUS LE VENT ET TU VERRAS LA PROBLEMATIQUE QUE NOUS AVONS DANS NOS ILES RAROMATAI .... ET PUIS QUE TU SOUTIENNE OU PAS NOTRE COLLENTIF ET BIEN JE M EN TAPE COMPLETEMENT ... POUR LE MOMENT C EST LA SANTE DE NOTRE POPULATION DES RAROMATAI QUI M INTÉRESSE ET NON TES ÉLUCUBRATIONS .... ET TU AS REMARQUE QUE LES PRIVES SE GAVE AVEC DU MATOS DE L HOPITAL JEAN PRINCE QU EST CE QUI T EMPECHE DE DEPOSER PLAINTE UN POINT C EST TOUT .... ET STP RESTE EN DEHORS DE NOS DISCUSSIONS .... NOUS VOULONS CE SCANNER BASTA .....
    MONAMONA 2016-04-28 00:36:00
    Ra....au....Tahiti....Tu es contre le faite que les habitants des ISLV aient leur scanner, toi tu t'en fous car lorsque tu auras ton AVC tu es sur Tahiti, tu seras pris en charge en quelques minutes.......tu as le CHPF, Cardella, Paofai pour te soigner...dans les îles, nous avons des dispensaires et.....l'hôpital de Uturoa.....des personnes atteintes de cancers doivent venir sur le CHPF pour faire leur scanner TAP alors que SI nous avions le nôtre ils n'auront pas besoin de se déplacer...de + tu ne connais pas les difficultés que les familles rencontrent lorsqu'on les envoi sur Papète, ils rencontrent des soucis de logement, de transport, de sous, etc...cela aussi tu t'en fous puisque tu as ta baraque sur Tahiti et ta bagnole....alors s'il te plait, viens vivre à Raiatea ou Maupiti pendant 10 ans, puis on en reparlera...et puis tu t'en fous puisque t'as le frique pour bien te soigner alors que nos îles, ce n'est le cas de tout le monde...ton pseudo est Raau Tahiti....tu hais tellement les tahitiens que tu leurs demandent de se soigner au du Raau Tahiti ?????? Et toi tu le fais ?????
    Ra''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''''au tahiti 2016-04-28 00:01:00
    En partant du constat que vous êtes 30 000, ceux de Huahine, Bora et Maupiti seront quand même acheminés vers Tahiti pour un examen.Le coût d'une année d'Evasan des iliens est surtout de la faute de certains médecins qui les adresse pour des motifs futiles; s'il fallait un responsable pour des examens qui en grande partie ne servent à rien c'est à eux qu'ils reviennent. mais ils se réfugieront derrière le "secret médical". Ce n'est pas un collectif citoyen qui va arriver à juguler des dérives. ex: le scanner du privé: pourquoi le prix est le même alors que la résolution ne l'est pas (c'est comme avoir un appareil photo à 500 000 pixels comparé à un 20 millions de pixels). On parle en terme de dépenses de la santé et excusez moi, les cotisants ne peuvent plus supporter les augmentations du régime maladie et de la PSG. Même en métropole, le délai d'attente d'un scanner dans le public est de 2 mois, l'IRM est de 3 à 4 mois.
    Travaillant au CHPF Taaone, je vous précise que le seul moyen de détecter un AVC ischémique (celui la à même d'être traité en urgence) est l'IRM.Si c'est un AVC hémorragique, il sera transféré par evasan vol spécial pour éventuellement une chirurgie. Et cette chirurgie, qui peut l'effectuer à part un neurochirurgien. Et il y en a qu'un pour toute la polynésie française.
    Le nombre d'AVC est la résultante de la malbouffe et du sédentarisme (de l'hypercholestérolémie et de l'hypertension artérielle non traité), c'est en faisant bcp plus de prévention "scolaire" que l'on va mieux vivre pas en traitant les AVC, diabétiques, maladies cardio vasculaires, dialysés...qui coûtent énormément à la société...
    Mais bon le lobbying de certains va être plus fort!!!
    Naulet Marc 2016-04-27 18:08:00
    A en croire chiffres et données sérieuses le personnel compétent existe déjà, la machine coûte moins cher qu’une année d’Evasan, si des radiologues privés se frottent les mains à l’avance (je viens de lire ça…) rassurons nous, cela s’encadre avec une convention rigoureuse (que le même collectif citoyen connaîtra assez pour veiller à sa très rigoureuse application n’est-ce pas ?)….et puis la santé, notre santé, ne peut pas s’analyser qu’en terme de fric… et si Taravao mérite d’être équipé, nous les Ziliens Raromatai, au nombre de 25 ou 30 000 en gros (et parfois trop gros !) n’avons aucune raison d’accepter de ne pas l’être.
    Vue l’ambiance actuelle sur la planète, le nombre d’AVC (entre autres) ne va pas diminuer c’est sûr, mais avec un scanner ici le nombre de complications et de séquelles si….alors vive la machine à regarder dedans.
    Julz 2016-04-27 11:29:00
    En réponse au commentaire précédent: l'hôpital de Raiatea dispose déjà du personnel qualifié pour l'utilisation d'un équipement tel que le scanner, à savoir un médecin radiologue ainsi que deux manipulateurs radio.
    Le coût en termes de personnel ne saurait donc en aucun cas dépasser le coût des Evasan telles qu'elles existent aujourd'hui, et plus grave encore, de la perte de chance des patients qui subissent un AVC ou des traumatismes graves, pour ne citer que deux cas d'urgence dans lesquels la présence d'un plateau technique digne de ce nom, i.e. disposant d'un scanner, est cruciale.
    Ra''''''''''''''''au Tahiti 2016-04-26 09:16:00
    Bonjour, un petit commentaire sur ce scanner pour Uturoa:
    Je pense que des études ont dû démontrer qu'il génèrerait plus de dépenses car :
    qui va s'occuper de la maintenance, il faut des manipulateurs radio et des radiologues pour l'interprétation des examens.
    Il va vite y avoir des dérives comme au CHPF avec les horaires de plages privées des radiologues privées qui font du beurre avec l'IRM et le personnel manipulateur radio et la maintenance de l'hôpital... Parfois avec la connivence de certains médecins qui prescrivent un peu facilement des examens. comment est ce que cela est possible que des gens de Raiatea ont un examen plus rapidement à l'IRM que certains patients hospitalisé à l'hôpital du Taaone?
    Pourquoi un Scanner à Raiatea et pas à Nuku Hiva ? On a déjà du mal à trouver des médecins pour l'hôpital de Taravao qui a un gros bassin de population... alors des radiologues pour Uturoa. Il y aura que les radiologues privés qui vont se frotter les mains ...
    Je n'ai rien contre les habitants de Raiatea mais je pense qu'ils se font manipuler par certains qui poussent pour avoir ce Scanner...
    LEGION 2016-04-25 00:36:00
    """Entièrement d'accord...""" persiste et signe. C'est bon pour les raromata'i.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete