Habillage fond de site

Première édition de la course à l’emploi

mercredi 20 septembre 2017

convention face

Le Club Face a signé, hier, une convention avec le Pays et une autre avec le contrat de ville, toutes deux portant sur l’insertion professionnelle. De gauche à droite : Vincent Fabre, Tea Frogier et Tenuhiarii Faua. (© Vaiana Hargous)


Le 19 octobre, la Polynésie verra débuter sa première course à l’emploi, qui commencera à la présidence. Le but de cette course est de ramener, en une seule journée, le maximum de propositions d’emplois ou de stages. Cet événement est l’objet d’une convention signée hier, entre Vincent Fabre, le président du club Face, et Tenuhiarii Faua, la présidente du syndicat mixte pour la gestion du contrat de ville de l’agglomération de Papeete.

La première édition de la course à l’emploi en Polynésie aura lieu le 19 octobre, au départ de la présidence.

Avec un taux de chômage élevé, la Fondation agir contre l’exclusion (Face), en partenariat avec le Pays, le contrat de ville et les communes de l’agglomération de Papeete, souhaitent proposer une action innovante pour favoriser la rencontre des demandeurs d’emploi et des entreprises sur l’agglomération, à travers une course à l’emploi.

Cette opération est le fruit d’un constat : huit fois sur dix, les employeurs recherchent leurs collaborateurs via leur réseau, puis dans les CV reçus en candidatures spontanées.

Ce n’est qu’à la fin que les employeurs se tournent vers le Service de l’emploi, de la formation et de l’insertion professionnelle (SEFI), les agences d’intérim ou la presse.

À l’inverse, ce sont les moyens utilisés en premier par les demandeurs d’emploi dans leur recherche. On voit ainsi, qu’ils n’ont accès qu’à environ 20 % des offres d’emploi.

Avec ce procédé de recrutement, les employeurs se privent d’une grande diversité de candidatures, mais surtout excluent de ce fait les demandeurs d’emploi, qui disposent de peu de réseau ou dont l’entourage n’est pas en activité.

La course à l’emploi est donc un événement collectif et solidaire dont le but est de ramener, en une seule journée, le maximum de propositions d’emplois ou de stages.

 

Une démarche dynamique et originale

 

C’est une démarche dynamique et originale de recherche d’emploi, favorisant la rencontre avec les entreprises et la découverte de secteurs d’activité ou de métiers.

Par groupe de quatre, 200 participants issus des quartiers de l’agglomération de Papeete iront prospecter, de façon systématique, l’ensemble des entreprises de zones géographiques préalablement définies.

L’événement repose sur une idée de solidarité entre demandeurs d’emploi. Les participants ne collectent pas uniquement des offres pour le secteur qui les intéressent, mais pour l’ensemble des participants.

En fin de journée, ils mettent toutes les annonces en commun. Chacun travaille donc pour lui, et en même temps pour les autres.

De plus, cette action doit permettre de révéler le potentiel d’emplois, qui n’a pas encore été affiché ou publié.

C’est tout l’objet d’une convention signée hier, entre Vincent Fabre, le président du Club Face, qui rassemble une trentaine d’entreprises du fenua, et Tenuhiarii Faua, la présidente du syndicat mixte pour la gestion du contrat de ville de l’agglomération de Papeete.

Une autre convention a également été signée entre le Club Face et le Pays par le biais de la ministre du Travail et de l’Éducation, Tea Frogier.

 

Raccrochage scolaire et employabilité durable

 

Cette convention, s’inscrivant dans le cadre de la politique active de l’emploi, de la formation et de l’insertion professionnelle du Pays, s’articule autour de deux objectifs majeurs : favoriser le raccrochage scolaire et garantir une employabilité durable.

Pour cela, plusieurs actions concrètes sont prévues, comme des séances d’information et des accompagnements individuels par le Club Face, de jeunes décrocheurs identifiés par la Mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS) de la Direction générale de l’éducation et des enseignements (DGEE) ; des sessions de jeux d’entreprises dans les collèges et lycées de Polynésie française, afin de sensibiliser les jeunes à la création d’entreprise.

Sera au programme également une sensibilisation dans les lycées de Polynésie française autour du savoir-être en entreprise, avec l’objectif de mieux préparer les élèves à leur arrivée dans le milieu professionnel et faire acquérir aux demandeurs d’emploi, les techniques nécessaires à leur insertion professionnelle. Réaliser et mettre en œuvre des outils adéquats (ateliers, coaching, CV vidéo, etc.).

Il sera question aussi d’organiser des visites en entreprises pour les stagiaires de la formation professionnelle, de créer une formation des tuteurs des entreprises dans le cadre du dispositif de l’apprentissage, ainsi que de réaffirmer auprès des responsables ressources humaines et des directions des entreprises adhérentes du club Face Polynésie française, le rôle du Sefi dans ses missions de placement du demandeur d’emploi et de collecteur principal des offres d’emploi.

Et en dernier lieu, sensibiliser les responsables des ressources humaines et les directions des entreprises adhérentes à l’importance de s’inscrire dans la démarche.

Le club Face Polynésie et le Pays évalueront trimestriellement les actions réalisées sur base d’indicateurs quantitatifs et qualitatifs, qui porteront notamment sur les taux de reprise de formation pour les élèves raccrocheurs et sur les taux d’insertion des demandeurs d’emploi accompagnés.

V.H.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete