Habillage fond de site

Presqu’île – Ature et ’orare “fleurissent” en bord de route

mardi 7 août 2018

Avec une vingtaine de paquets écoulés en quelques heures, David Amaru a le sourire. (© Anne-Charlotte Bouleau)

Avec une vingtaine de paquets écoulés en quelques heures, David Amaru a le sourire. (© Anne-Charlotte Bouleau)

Depuis plusieurs semaines, les paquets de poissons fleurissent en bord de route du côté de la Presqu’île, notamment dans le centre de Taravao, où la fréquentation est plus importante. Les stars du moment, ce sont les ature et les ‘orare, très prisés des consommateurs, en semaine comme le week-end.

“La saison a commencé il y a deux mois. Ça marche bien : les gens sont demandeurs ! Je viens d’avoir une dame qui m’a pris deux paquets, soit vingt-quatre poissons. Ce sera sûrement pour son petit déjeuner, en poisson cru ou en fafaru, mais aussi cuit, à la poêle ou au court-bouillon. Personnellement, je préfère le consommer en sashimi. Je suis là depuis 4h30 du matin et j’ai vendu une vingtaine de paquets à 1 000 francs en un peu plus de trois heures”, explique David Amaru, vendeur originaire de Faaone, qui s’approvisionne auprès d’un pêcheur de Pueu.

Capturés la veille au filet, les poissons sont exposés en cordée de douze, tandis que le gros du stock est maintenu au frais dans des glacières, remplies d’eau de mer frappée. Ici et là, les revendeurs n’hésitent pas à arroser généreusement les modèles d’exposition. Quelques mètres plus loin, ce sont deux amies de 12 et 17 ans, Porea et Kahealanie, respectivement originaires de Tautira et de Faaone, qui sont à l’ouvrage. “Nos poissons viennent de Afaahiti. Ce sont des amis de nos parents qui les ont pêchés. On donne un coup de main pendant les vacances, pour nous faire un peu d’argent de poche”, confie la première, tout en montrant sa sacoche déjà bien remplie en ce début de matinée. “On a commencé vers 5 heures et on restera jusqu’à ce que la glacière soit vide ! On a des ature, et les plus gros, ce sont des ‘orare. Ce sont ceux que les gens préfèrent, parce qu’il y a plus à manger. Farai pani, c’est très bon ! Mais ils sont plus chers, à 2 000 francs les onze. Il y a des clients qui râlent à cause du prix, mais si on veut gagner de l’agent, on n’a pas le choix”, assure la seconde, tout en finalisant une vente avec une cliente.

 

A.-C. B.

 

poisson ature orare

“On fait ça depuis qu’on est bébé“, confient Porea et Kahealanie, qui profitent des vacances pour se faire de l’argent de poche. (© Anne-Charlotte Bouleau)

ature poisson

Les précieux poissons sont maintenus au frais dans des glacières, remplies d’eau de mer frappée. (© Anne-Charlotte Bouleau)

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete