Habillage fond de site

PRESQU’ÎLE – Manifestation contre le projet d’élevage porcin

jeudi 19 juillet 2018

Plusieurs dizaines de riverains, inquiets ou fermement opposés au projet, ont répondu à l’appel du collectif. (© Anne-Charlotte Bouleau)

Plusieurs dizaines de riverains, inquiets ou fermement opposés au projet, ont répondu à l’appel du collectif. (© Anne-Charlotte Bouleau)


Des opposants au projet d’élevage porcin intensif au plateau de Taravao ont afflué par dizaines, hier matin, à la mairie de Taravao, suite à l’appel lancé par le collectif récemment constitué.

À la veille de la fin programmée de l’enquête publique, initiée le mois dernier, riverains de Taiarapu-Est et de Taiarapu-Ouest ont fait entendre leurs voix, pancartes aux slogans évocateurs à l’appui. Tandis que tracts et affiches fleurissent le long des routes, une pétition manuscrite, doublée d’une version numérique, aurait enregistré plus de deux mille signatures en une semaine. “Pour moi, c’est hors de question. On ne peut pas laisser faire ça ! Je pense à nos enfants et à ce qu’on va leur laisser. L’élevage intensif, c’est une catastrophe. On le sait”, confie Lydie, résidente de Toahotu et signataire de la pétition.

 

 

En “campagne écologique”

 

“Nous sommes nombreux à ne pas vouloir d’une porcherie industrielle au-dessus de nos têtes ! On pense aussi aux rivières, au lagon et au rahui de Teahupo’o. Vu les dimensions du projet, l’endroit n’est pas adapté”, remarque la présidente de l’association du plateau des ananas, Stella Hopuu, se faisant l’écho d’interrogations récurrentes, tant d’un point de vue sanitaire qu’environnemental, s’agissant notamment de la perspective d’épandage du lisier.

“Nous sommes en campagne écologique ! Tahiti, c’est petit : tout le monde est concerné. Personnellement, je préfère acheter auprès des petits producteurs, pour donner du travail à tout le monde. Et s’il faut importer, entre protéger le fenua et manger du porc, le choix est vite fait”, assure Laiza Pautehea, résidente de Afaahiti, comptant parmi les porte-paroles du collectif.

Un voisin, rare partisan du projet à avoir fait le déplacement, a tenu à partager publiquement son point de vue, provoquant un tollé : “On m’a contacté pour la réalisation du terrassement. Pour moi, ce projet, c’est une porcherie cinq étoiles, comme il n’en existe pas à Tahiti. Pour une fois qu’on peut avoir un projet de luxe, sur un terrain de 250 hectares !”, a déclaré Albert Van Bastolaer, interrogé à l’issue de la confrontation. La prochaine étape devrait consister en une rencontre entre le collectif et la Société civile d’exploitation agricole (SCEA) Polycultures, dirigée par Bruno Wan, dans les jours à venir.

 

A.-C. B.

 

élevage porcin

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete