Habillage fond de site

Presqu’île – Les parents en ont ras-le-bus

vendredi 15 décembre 2017

transport scolaire

C’est dans un contexte d’exaspération croissante que les parents d’élèves de la Presqu’île et les acteurs concernés par la question du transport scolaire se sont réunis, mercredi soir, à la mairie de Taravao. Chaque partie a dressé un état des lieux de la situation et formulé des perspectives de solutions à plus ou moins long terme. Certains parents restent prêts à entamer “une opération coup de poing” si les conditions de transport ne s’améliorent pas dès la rentrée de janvier prochain.

Entre les retards récurrents et diverses situations d’insécurité, à la Presqu’île, les problèmes liés au transport scolaire ont pris une telle ampleur en cette fin de premier semestre qu’une réunion de crise s’est tenue, mercredi soir, à la mairie de Taravao.

Des représentants de la fédération des associations des parents d’élèves de l’enseignement public (Fapeep), ainsi que des associations des parents d’élèves du lycée, du collège et des écoles primaires, mais aussi des ministères de l’Équipement et de l’Éducation, des deux communes concernées et du transporteur étaient présents. Au total, une quarantaine de personnes ont participé à cette table ronde, qui aura duré plus de trois heures.

Du côté des parents, à l’origine de cette entrevue d’urgence, l’attente est claire : voir les conditions de transport s’améliorer dès la rentrée de janvier prochain. Dans cette optique, ils étaient venus chercher des réponses à leurs interrogations, listées en neuf points dans le courrier d’invitation.

“Ce n’est pas un problème qui date d’hier. On est arrivé à un niveau d’exaspération tel que des parents sont sur le point de marcher et de bloquer”, a précisé Tepuanui Snow, président de la fédération, tout en souhaitant s’inscrire dans une démarche constructive.

 

Le mea culpa du ministre

 

“J’habite ici depuis quatorze ans et j’ai toujours entendu parler de ces problèmes de bus. On veut des réponses fermes et définitives, pour un transport sécurisé et convenable. Chacun se renvoie la balle, mais ce n’est pas une partie de ping-pong !”, s’est agacé Yannick Lowgreen, président de l’association des parents d’élèves du collège de Taravao. “Si rien n’est fait à la rentrée, les parents ne vont pas rester les bras croisés”, a-t-il prévenu.

Sensible aux inquiétudes des parents, le directeur de la société de transport a dressé un état des lieux peu flatteur. “Je reconnais que c’est inacceptable. Il y a eu plusieurs prolongations de la délégation de service public, sans appel d’offres. C’est difficile d’investir dans ces conditions. Nos véhicules ont plus d’un million de kilomètres au compteur ! Il y a encore un moteur qui a lâché ce matin. Excusez-nous, chers parents, nous sommes démunis et nous faisons de notre mieux”, a souligné Willy Chung Sao.

Avec seulement quarante-cinq bus en circulation, au lieu des cent vingt-cinq nécessaires, la situation semble inextricable. Des perspectives d’amélioration ont été annoncées avec la mise en place d’un nouveau schéma directeur des transports collectifs, tout en sachant que la prorogation court jusqu’au 26 décembre 2018. Un appel d’offres devrait néanmoins être lancé dès janvier.

L’information a été confirmée par le ministre de l’Équipement et des Transports intérieurs, Luc Faatau, arrivé en cours de réunion.

“Nous sommes conscients, au gouvernement, des difficultés que subissent vos enfants. Les seuls responsables, ce sont les politiques, qui n’ont pas su gérer ce dossier. Aujourd’hui, on se retrouve avec plusieurs années de retard dans ce domaine. Je ne veux pas me débiner. Je veux faire face à mes responsabilités”, a-t-il déclaré, approuvant la demande de mise en œuvre d’un comité de suivi.

Entre annonces et hypothèses, chaque partie a avancé des perspectives de solutions, qui n’ont pas pleinement convaincu les parents, appelés à se réunir dès demain matin en assemblée générale.

“On repart tous un peu frustrés”, confie une mère de famille, loin d’être rassurée. 

 

A.-C.B.

 

bus

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, sera au fenua à partir du 21 janvier. Pensez-vous que sa venue sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete