Presqu’île – Avec le retour de conditions météorologiques plus favorables

    mardi 12 juillet 2016

    Hier matin, Louise Utia était aux petits soins pour ses pieds de tomates. (Photo : Anne-Charlote Bouleau)

    Hier matin, Louise Utia était aux petits soins pour ses pieds de tomates. (Photo : Anne-Charlote Bouleau)


    Les maraîchers retrouvent peu à peu le sourire

     

    Le premier semestre de cette année aura été un cap difficile à passer pour les maraîchers, à Tahiti comme dans les îles.

    À la Presqu’île, les exploitations en plein champ ont été ravagées à de multiples reprises par de fortes précipitations : les légumes prêts à être récoltés pourrissaient sur place, tandis que les jeunes plants peinaient à se développer.

    Les producteurs interrogés faisaient alors état de plus de 50 % de pertes, continuant néanmoins à planter. En ce début du mois de juillet, leur persévérance devrait enfin payer, grâce au retour tant espéré de la saison fraîche, généralement plus ensoleillée.

    “Depuis que le temps a changé, la production repart tout doucement. En moyenne, il faut attendre trois mois pour récolter les légumes. Pour les tomates, ce ne sera pas avant septembre.

    Les choux, les navets et les concombres ont déjà bien poussé. On devrait pouvoir les récolter à la fin du mois”, confie Louise Utia, qui exploite trois hectares à Taravao avec son mari et leurs ouvriers.

     

    Les consommateurs ravis

     

    Si certaines parcelles portent encore les stigmates des intempéries, l’exploitation retrouve peu à peu ses vastes étendues verdoyantes. “Pour l’instant, ce ne sont pas de grosses quantités. Tout va dépendre du temps”, précise l’agricultrice, qui craint désormais un peu moins la pluie que le mara’amu, vent du sud-est qui peut se révéler tout aussi néfaste pour les cultures les plus fragiles.

    Malgré les aléas climatiques, mari et femme sont actuellement à pied d’œuvre pour redresser leur production d’ici le mois de septembre et la prochaine foire agricole, un rendez-vous incontournable pour eux depuis plus de trente ans.

     

    Chez les consommateurs, la fin de la pénurie locale est également accueillie comme une bonne nouvelle. Depuis quelques semaines, les grandes enseignes et les stands de vente en direct sont visiblement mieux achalandés.

    “On commence tout juste à être réapprovisionnés en concombres et en pota depuis le début du mois. Les clients sont très demandeurs : ça part vite, mais il n’y en a pas encore suffisamment”, explique une jeune vendeuse en bord de route, à Toahotu.

    “On avait dû fermer depuis janvier parce qu’on avait juste de quoi livrer, avec notre propre production de haricots longs. Il ne nous restait que des taro et des bananes, qui ne souffrent pas trop de la pluie”, ajoute-t-elle.

     

    Les étals retrouvent donc progressivement leur diversité de couleurs, pour le plus grand plaisir des uns et des autres, des producteurs jusqu’aux consommateurs.

     

    A.-C.B.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete