Presqu’île – Suivi et lancement de projets

    mercredi 19 août 2015

    Hier matin, le ministre de l’Agriculture, Frédéric Riveta, a fait étape à la Presqu’île au cours de sa tournée ministérielle, après avoir renouvelé son soutien aux apiculteurs. Du côté de Faratea, un marché du terroir pourrait être mis en place une fois par mois, à compter d’octobre, dans l’un des cinq hangars appartenant à Tahiti Nui aménagement et développement. Un second hangar devrait accueillir un atelier de transformation de uru.

    Hier, Frédéric Riveta, ministre de l’Agriculture, a effectué une série de visites le menant de Papenoo à Papara, en passant par Taravao. Avant de faire étape à la Presqu’île, le représentant du gouvernement a tenu à rencontrer en premier lieu un jeune apiculteur, bénéficiaire de l’opération groupée d’aménagement foncier (Ogaf), un dispositif d’aide financé par l’État. Il possède actuellement 80 ruches sur les hauteurs de Mahina, complétées par 60 ruches implantées à Taha’a, pour une production annuelle de miel estimée à 500 kg.
    “Je souhaitais l’encourager, suite à cette histoire autour du miel. Je tenais à dire que je suis pour la production locale. Il faut savoir que nous avons mis en place un programme d’apiculture : notre idée, c’est d’installer au moins 1 500 à 2 000 ruches dans toute la cocoteraie de la Polynésie française, et notamment aux Tuamotu, pour pouvoir produire 130 à 150 tonnes de miel par an ”, précise le ministre.
    Au fil du temps, les chiffres de production annuelle tendent à baisser, passant de 100 tonnes, il y a trois ans, à 70 tonnes l’an dernier, en raison notamment des changements climatiques, mais aussi des pulvérisations massives effectuées lors des épidémies de zika et de chikungunya. “Je voulais montrer aux jeunes que je suis derrière eux et que je ne vais pas abandonner la filière”, insiste le ministre, cherchant à trouver l’équilibre entre importation et exportation, afin de satisfaire la demande des consommateurs tout en valorisant la production locale.

    Bientôt un marché du terroir à Faratea ?
    À l’issue de ce premier entretien, Frédéric Riveta s’est rendu au plateau de Taravao, afin de s’assurer de la mise en valeur optimale d’une série de lots agricoles attribués en 2009. “L’objectif, ce n’est pas de faire du social agricole”, souligne-t-il, misant sur la professionnalisation de l’agriculture, face à une urbanisation croissante tendant à réduire les espaces dédiés aux cultures.
    Le ministre a ensuite fait étape à Faratea, en vue de visiter l’un des cinq hangars construits en 2007, propriété de l’établissement Tahiti Nui aménagement et développement (TNAD).
    Dans le cadre d’une convention actuellement en projet, un marché du terroir pourrait être mis en place à la Presqu’île, mais aussi du côté de Moorea, à compter du mois d’octobre, s’inspirant du dispositif initié l’année dernière en zone urbaine.
    “Mon idée, c’est d’offrir une opportunité aux petits agriculteurs qui n’ont pas la possibilité de venir sur les marchés communaux, comme à Papeete, par exemple. Je veux changer un peu la donne, en leur proposant ce nouveau rendez-vous, une fois par mois, comme cela a été testé sur Papeete. Et cela marche très bien ! À Moorea, comme ici, on voudrait le mettre en place le premier samedi du mois, en conservant le dernier samedi du mois à Papeete”, explique le ministre. Un autre local pourrait être concerné par un projet agroalimentaire de fabrication de chips, de farine et de tout autre produit, à base de uru notamment.
    “Il y a déjà un porteur de projet”, précise d’ores et déjà Frédéric Riveta, comptant sur les agriculteurs des communes aux alentours pour fournir la matière première.

    A-C.B.

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete