Prévention – Conseils du lieutenant Hubert Bagot, de la Protection civile en cas de cyclone

    vendredi 13 novembre 2015

    Lieutenant Bagot, que faut-il craindre lors du passage d’un cyclone ? 
    Il faut savoir qu’un cyclone n’est pas seulement accompagné d’un vent très violent. Il est toujours précédé d’une très forte houle qui peut atteindre plus de 12 m. 
    Il faut donc pouvoir se protéger du vent, des pluies diluviennes et de cette très forte houle, sachant que plus de 80 % de la population est particulièrement exposée à ce risque de houle cyclonique. 

    La barrière de corail ne fournit-elle pas une protection contre cette houle ? 
    Bien sûr, mais dans une certaine mesure. Si une houle cyclonique d’une dizaine de mètres vient frapper la barrière récifale, il est certain que la hauteur d’eau dans le lagon va rapidement s’élever, les passes n’arrivant plus à écouler l’eau entrante, ce qui va amplifier la submersion du littoral puisque ce sont des vagues d’environ 5 m qui vont déferler sur la côte et pénétrer à l’intérieur des terres sur une distance d’une dizaine de mètres à une centaine selon la configuration des lieux.

    Que faut-il mettre à l’intérieur de son fare pour “tenir” le temps du passage d’un cyclone ? 
    Il faut bien sûr prévoir de la nourriture non périssable, une petite trousse de secours, des bouteilles d’eau en quantité, prévoir 2 litres par jour et par personne pendant environ trois à quatre jours, des lampes avec des piles en état de fonctionner, et une radio sur pile pour se tenir au courant de l’évolution de la situation.

    Que conseillez-vous pour les propriétaires de bateaux au mouillage ou à quai ? 
    Il faut prévoir le doublement, voire le triplement des amarres, enlever tout ce qui peut être un obstacle au vent ou qui pourrait être arraché, et surtout ne pas rester à bord des bateaux. Il faut se renseigner sur les refuges et s’y rendre dès que le bateau est sécurisé. 
    Il est très fortement déconseillé de rester à bord, et cela, d’autant plus que la violence du vent et l’état de la mer empêchent toute action à l’extérieur du bateau.

    Météo France vous tient-elle au courant de l’évolution du risque ? 
    Absolument, les ingénieurs prévisionnistes de Météo France évaluent les risques toutes les semaines et nous tiennent au courant de cette évolution. 
    Si une dépression venait à se former et à se développer, nous serions immédiatement avertis afin d’être prêts à déclencher, par l’intermédiaire du haut-commissariat, la procédure d’alerte à l’intention des autorités de l’État, du Pays, des communes et de la population. 

    Pascal Martin

    Punu 2015-11-16 05:17:00
    le site "cyclonextreme.com" est effectivement actualisé en permanence.
    Pour avoir plus d'infos sur tous les phénomènes terrestre, je vous conseille d'aller aussi sur le site : weather.org.

    Bonne journée à Tous
    pierre 2015-11-13 21:46:00
    pas de catastrophisme, restons calme.
    La PF est depuis toujours en zone cyclonique, tout comme l'existence del Nino.
    Lors du passage de Oli, pas de houle de 12 m !!!!! un peu de serieux et de veracite.
    El Nino, de par son importance, augmente de 50 pour cent le risque qu'il y ait plus de systemes cycloniques que la normale...en sachant qu'il y en a une vingtaine chaque année dans le Pacifique Sud. 1 chance sur 2 qu'il y en ait plus...c'est pas 90 pour cent de chance qu'un cyclone rase Tahiti.
    Pedagogie, oui, catastrophisme : NON.
    ps : le grade porté sur la poitrine ne correspond pas a celui de lieutenant de la marine.
    un ancien du Bataillon Marins Pompiers de Marseille.
    ps2 : vous pouvez suivre le site cyclon extrem. actualisé tous les jours, plus souvent que meteo france !
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete