Habillage fond de site

La primaire de la gauche réduite à peau de chagrin

jeudi 19 janvier 2017

primaire gauche

Avec seulement quatre bureaux de vote en Polynésie, uniquement à Tahiti et Moorea, la primaire de la gauche est réduite à sa plus simple expression. Pour cette raison, les électeurs pourront aller voter où bon leur semble. (© DR)

Peau de chagrin pour la primaire de la gauche (appelée “Les primaires citoyennes” par ses organisateurs) en Polynésie française, où “La Belle alliance populaire” ne suscite guère d’enthousiasme. Un e-mail succinct émanant du service de presse du Parti socialiste à Paris est parvenu aux rédactions du fenua hier, au petit matin : “Les électeurs souhaitant voter aux Primaires citoyennes pourront trouver quatre bureaux de vote en Polynésie française.

Les bureaux de vote seront ouverts ce samedi 21 janvier 2017, de 8 à 17 heures, dans les communes suivantes : Pirae, Mahina, Teva i Uta (mairie annexe de Papeari mais sur place on évoque plutôt l’école de Mataiea, NDLR), et Moorea (mairie de Afareaitu). Les électeurs, inscrits sur les listes électorales, sont libres de choisir leurs bureaux de vote. Ils devront se munir d’une pièce d’identité et accepter l’engagement de reconnaissance dans les valeurs de la Gauche et des Écologistes.”

Pas un mot sur le paiement – en métropole, les électeurs sont mis à contribution à raison d’un euro par tour. Pas un mot non plus sur d’éventuels référents locaux du Parti socialiste (PS).

En 2012, c’était le Tavini, lié par convention avec le Parti socialiste, qui avait organisé les deux tours de scrutin dans 121 bureaux de vote répartis sur tous les archipels de la Polynésie, attribuant au fenua le record de participation de tous les outre-mer. Cette année, la convention n’ayant pas été renouvelée, le PS est dans l’impossibilité de s’appuyer sur une structure traditionnelle. Mais il n’a apparemment pas trouvé de structure du tout. Alors que fin décembre dernier, le service de presse du PS nous assurait qu’il y aurait non seulement une quinzaine de bureaux de vote, mais aussi qu’une fédération était “en train de se monter”, force est de constater, à trois jours du premier tour, qu’il n’en est rien.

Alors, comment en est-on arrivé à ces quatre bureaux de vote ? Sur les ondes de Polynésie 1ère, la porte-parole du PS, Corinne Narassiguin, explique que c’est le résultat d’un “accord avec le gouvernement polynésien. (…) Je crois qu’il y a eu une réalisation du gouvernement polynésien qu’il s’agit d’un acte démocratique (…) et c’est une bonne chose qu’on ait pu obtenir un accord pour une organisation logistique.”

Mais Jérôme Jannot, le conseiller en communication d’Édouard Fritch, dément formellement que le gouvernement ait quoi que ce soit à voir là-dedans. Ce serait donc le PS qui aurait contacté les tavana individuellement.  

Hier matin, dans les communes, régnait une certaine confusion. Les mairies disposeront-elles des listes électorales pour émarger ? Qui seront les volontaires qui tiendront les bureaux de vote ? Des réunions doivent se tenir aujourd’hui dans plusieurs des mairies concernées. 

 

C.P.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete